En bref - Face à la crise: la culture

Il faut accélérer la construction des infrastructures culturelles de la métropole pour affronter la crise économique, demande en substance aux partis politiques en campagne le président de Culture Montréal, Simon Brault.

«La liste [des demandes] est longue, mais le point que nous voulons soulever, c'est qu'il n'y a pas de contradiction entre le soutien de l'économie et celui de la culture». Par exemple, alors que la réalisation du Quartier des spectacles va plutôt rondement, du propre avis de M. Brault, il propose de ramener l'échéancier de cinq ans sur deux ou trois années seulement. Culture Montréal demande également une augmentation de 20 M$ du budget du Conseil des arts et des lettres du Québec. Pour le directeur de l'École nationale de théâtre, «au moment où on investit dans le béton, il faut s'assurer que nous aurons du contenu créatif à y mettre. Préparons Montréal à la sortie de crise et à agir comme levier économique».
1 commentaire
  • Jeanne du Lys - Inscrite 12 novembre 2008 08 h 33

    Ils se foutent complètement de notre gueule !

    Pour ma part je crois qu'il serait préférable d'attendre que le maire Tremblay, qui nous prend pour des caves, disparaisse de la direction de la ville.

    Qu'il est payé 500 000 milles dollars pour la lettre ''M''qui de plus ressemble étrangement à un copié collé de la publicité qui est passé dernièrement à la télévision concernant Mexico...

    Monsieur Tremblay aurait dû me donner le contrat à moi voilà ce que j'ai fais avec moins de 5 000 milles dollars :

    http://www.jeannedulys.qc.ca/

    Selon moi cela ressemble plus à des commandites municipales qu'à une promotion pour la ville de Montréal...

    Et ils veulent s'occuper de gèrer la construction du quartier des artistes ?? Ils en sont inaptes selon moi.

    Il serait donc préférable d'attendre que le ménage soit fait au municipal avant de commencer car si non, si on se fie à ce que leur a coûté la lettre ''M'' ça devrait nous coûter environ 100 fois plus cher que ce que ça devrait nous coûter normalement.