Un ex-candidat prévoit l'effondrement de l'ADQ

Gatineau — Un ex-candidat adéquiste de l'Outaouais prévoit l'effondrement du parti de Mario Dumont le 8 décembre prochain. Jocelyn Dumais, candidat-vedette de l'ADQ dans la circonscription de Chapleau en 2007, soutient que le parti va s'écraser au point de ne conserver que quatre ou cinq députés lors de l'élection générale, parce qu'il a déçu les attentes de la population.

L'entrepreneur en construction a mené une charge virulente à l'endroit de son ancienne formation politique, qu'il qualifie de «coquille vide», lors d'une brève rencontre avec la presse hier à Gatineau, en marge du passage du chef libéral Jean Charest.

«Ça n'allait nulle part, il y avait un manque d'organisation au sein du parti lui-même. Il n'y a rien dans ce parti-là à part l'image du chef, qui projette un rêve, mais le rêve se termine là», a-t-il témoigné, soutenant avoir claqué la porte du parti il y a un an, après avoir terminé deuxième dans Chapleau en mars 2007.

Dans les faits, il a été limogé de son poste de président de l'exécutif de comté par l'ADQ, qui lui reprochait d'avoir publiquement critiqué le chef Mario Dumont, en novembre 2007.

Selon lui, la déconfiture de l'ADQ est telle que même le chef pourrait être en danger dans sa circonscription de Rivière-du-Loup. Il croit par ailleurs qu'en plus des adéquistes Pierre-Michel Auger et André Riedl, qui ont choisi de rejoindre le Parti libéral du Québec, d'autres députés songent à quitter le navire de Mario Dumont. M. Dumais a évoqué les noms de Jean-François Therrien, de Terrebonne, Lucille Méthé, de Saint-Jean, et Linda Lapointe, de la circonscription de Groulx.