Les verts espèrent faire élire un premier député

Les verts se lancent en campagne avec rancoeur. Mais ils espèrent tout de même faire élire leur premier député à l'Assemblée nationale, doubler leur appui au sein de la population, prendre part au débat télévisée des chefs et surtout démontrer que leur parti est complet en parlant eux aussi d'économie. Entre autres.

C'est en tout cas le message envoyé hier par le chef du Parti vert du Québec (PVQ), Guy Rainville, dans les heures qui ont suivi le déclenchement des élections. «Le Parti libéral vient de prendre la population en otage», a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse tenue à Montréal. «Les électeurs ne veulent pas d'élections. Leur choix a été d'élire en 2007 un gouvernement minoritaire, à qui ils ont confié le mandat de gouverner.» Et ces élections démontrent donc que la population «n'est pas écoutée».

Malgré tout, le PVQ a bien l'intention de faire face à la musique dans les prochaines semaines en présentant encore une fois des candidats dans les 125 circonscriptions. «Pour le moment, nous avons 95 candidats, dont 60 ont confirmé [leur participation à ce scrutin], a dit M. Rainville. Notre objectif est de doubler nos appuis [les verts ont récolté 3,85 % des votes en 2007]. Nous visons le 8 %.»

La formation politique souhaite également profiter de cette campagne pour démontrer, comme par le passé, qu'elle se préoccupe de bien plus que l'environnement. «Nous sommes un parti complet, mais les gens ne le savent pas», a indiqué hier Guy Rainville, qui se porte candidat dans la circonscription de Deux-Montagnes. «Cette campagne va donc nous donner l'occasion de démontrer que le PVQ met l'être humain au coeur des décisions politiques», et ce, tant dans le domaine de l'environnement que dans ceux de la santé, de l'éducation, de la culture et de l'économie.

Par ailleurs, le chef des Verts a indiqué que les discussions se poursuivent afin d'assurer sa présence lors du prochain débat des chefs. Lundi, il a d'ailleurs plaidé sa cause lors d'une rencontre téléphonique avec Alain Saulnier, de Radio-Canada, qui représente le consortium des télédiffuseurs. «Cinq partis vont certainement être capables de faire un débat intéressant, dans lequel le PVQ va être en mesure d'amener des idées neuves», a-t-il indiqué.

Dans les blocs de départ, M. Rainville estime par ailleurs que la performance des Verts aux élections fédérales est porteuse d'espoir. «La conscience verte s'installe doucement», a-t-il indiqué, rappelant que près d'un millions d'électeurs ont donné leur vote au Parti vert du Canada, le 14 octobre dernier. La formation écologiste doit lancer officiellement sa campagne dimanche prochain, à Montréal, en dévoilant son programme électoral et en présentant ses candidats.
2 commentaires
  • Maurice Monette - Inscrit 6 novembre 2008 11 h 22

    Constat d'un observateur Apolitique...

    Les gens semblent oublier que le meilleur moyen de s'assurer de régner, c'est de diviser. C'est bien parti...! Que ce soit un parti politique ou un autre qui soit élu, son règne gardera encore la population Québécoise dans l'impasse comme dans laquelle on stagnent depuis environ cent-quarante (140) ans. Pendant ce temps là, des sommes d'argent faramineuses servent à garder celle-ci dans une voie sans issue qui est devenue la caractéristique de la petite bourgade québécoise, de l'argent dépensé totalement inutilement... ridicule!

    Quels gaspillage de temps et d'argent sont commis !

    Comment ne voulez-Vous pas qu'on considèrent les gens du Québec comme des éternels(les) immatures qui ne pensent qu'à l'économie, sans avoir eue la maturité de se définir pour savoir ce qu'elles / ils sont et ce qu'elles / ils feraient de cet argent?

    Votre Ami, SAGE, lui,
    MAURICE MONETTE
    Biologiste #939
    Écologiste
    Grande Rivière

  • Galarneau2 - Abonné 6 novembre 2008 21 h 44

    108 et non 125

    Erratum:
    "en présentant encore une fois des candidats dans les 125 circonscriptions". Selon le site internet du DGE, 108 candaidats verts ont obtenus des votes aux élections générales de 2007. M.Deglise, vérifiez-vous les données à plusieurs sources avant d'écrire vos articles ? En 2007, vous aviez aussi fait des erreurs du même type ex.classement des groupes écologistes des programmes environnementaux des plateformes des différents partis. Un minimum de rigueur serait de mise, M.Deglise.