Québec solidaire et le Parti vert veulent une place au débat des chefs

Ils unissent leur voix pour se faire entendre. Québec solidaire (QS) et le Parti vert du Québec (PVQ) exigent qu'une place leur soit faite au débat des chefs qui pourrait se tenir lors de la prochaine élection provinciale. C'est en tout cas ce qu'ont annoncé hier les deux formations politiques qui souhaitent interpeller dans les prochains jours le consortium des télédiffuseurs — Radio-Canada, TVA et Télé-Québec — ainsi que les chefs des trois grands partis politiques pour «faire appel à leur sens démocratique».

«Il y a des exemples qui nous inspirent ces temps-ci», a indiqué en conférence de presse à Montréal, Françoise David, principale porte-parole de QS en faisant référence à la présence d'Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada, au débat des chefs diffusé ce soir dans le cadre de l'actuelle campagne électorale fédérale. «Nous avons certainement une place dans un débat [au provincial] en raison du nombre d'électeurs que nous rallions. Et en plus, cela apporterait une petite bouffée d'air frais dans un débat qui en a bien besoin.»

Pour Guy Rainville, chef du PVQ, dans les dernières années, les sondages d'opinion créditent d'ailleurs plus de 10 % des suffrages aux deux formations politiques, a-t-il rappelé. «Cela représente près de 500 000 personnes qui méritent considération et respect et qui ont le droit de voir dans un débat ceux pour qui ils veulent voter.»

Tout en qualifiant leur exclusion du débat des chefs de preuve qu'un «déficit démocratique» frappe notre époque, le PVQ et QS vont demander une audience au consortium des téléviseurs qui, avec les partis politiques traditionnels, décide de la forme et des règles de diffusion du débat des chefs en période électorale. De plus, le binôme politique interpelle également Jean Charest, Pauline Marois et Mario Dumont pour que les trois chefs acceptent sa présence au débat, une «responsabilité démocratique», selon M. Rainville et Mme David.

La loi électorale

«Nous avons la loi de notre côté, dit le chef des verts. La loi électorale mentionne en effet que les partis qui ont obtenu plus de 3 % des suffrages à la dernière élection doivent avoir droit au même temps d'antenne gratuit offert par les médias, ce qui inclut le débat des chefs, selon nous.»

En 2007, le PVQ a obtenu 3,85 % des votes contre 3,64 % pour QS. Toutefois, depuis des années, les stations de télévision arguent que le débat des chefs est une émission d'affaires publiques. Elle ne rentre donc pas dans le temps d'antenne offert aux formations politiques, ce qui justifierait la marginalisation du parti de gauche réformiste et des verts.

«Si nos démarches ne donnent rien, nous n'excluons pas de nous adresser aux tribunaux», a indiqué Mme David en évoquant la chose comme une «solution de dernier recours». Mais elle ajoute: «On ne devrait pas se rendre jusque-là puisque demain [aujourd'hui], les gens vont voir qu'un débat à cinq, ça fonctionne.»
12 commentaires
  • Jacques Lafond - Inscrit 1 octobre 2008 02 h 48

    Le débat

    Je dis non à la présence de QS et PVQ au débat des chefs sur la scène nationale du Québec. N'ayant aucun député présent à l'Assemblé Nationale, ces tiers partis n'ont simplement pas le droit d'être présent au débat.

  • Raymond Bégin - Inscrit 1 octobre 2008 08 h 22

    Système passéiste

    Il est très clair que, lorsqu'on dit que telle et telle oppinion ont le droit d'être entendues et que telle et telle oppinion n'en on pas le droit, l'on fait de la discrimination. Or on ne parle pas ici d'un groupe d'enfants qui n'invite pas un camarade d'école à jouer avec eux, on parle ici de l'essence même de nôtre démocratie. Comment les radiodiffuseurs peuvent-ils se justifier d'écarter du débat certains pastis politique? Question de temps d'antenne (donc de marché) et de lobbying (donc de clientèle); on est très loin ici du politique, de la politique et surtout de la démocratie. En fait, on peut carrément accuser à la censure : si ton message n'est pas partagé à l'Assemblé Nationnal, il ne mérite pas d'être entendu. Dois-je rappelé que notre système de vote actuel est passéiste et empêche le vote de milliers d'électeurs de compter? Soit que nos députés ne sont élus qu'à majorité simple? Donc si un député est élut avec 30% des voix , c'est les 70% de la population de son compté qui ne sont pas représentés. Dois-je nécessairement faire un dessin? l'argument au niveau de la science politique ne tient pas. Si on veut une démocratie réel, qu'on cesse c'est pratiques passéistes et qu'on permette une véritable démocratie. Sinon on reste toujours dans un semi-model d'oligarchie, de polyarchie et la participation citoyenne et leur volonté aux oubliettes...

  • andré michaud - Inscrit 1 octobre 2008 08 h 28

    Partis ou groupuscules?

    Faut-il inviter au débat tous les partis qui sont plus des groupuscules que de véritables partis appuyés par un nombre significatif de citoyens? Si oui,il faudrait aussi inviter le Bloc Pot, La Loi Naturelle, etc...!!!

    Trop facile pour les partis qui savent qu'ils ne seront jamais élus de promettre mer et monde et critiquer sans apporter de solution concrètes réalisables..ça ferait un débat très stérile à mon avis.

  • Annie Morin - Inscrite 1 octobre 2008 08 h 39

    QS et PVQ au Débat: Pourquoi pas?

    Ce n'est certes pas parce que personne n'a été élu que l'on doit se foutre des quelques 500 000 personnes qui ont voté pour ces partis aux dernières élections.

    La démocratie devrait être proportionnelle au nombre vote.

    De plus, en démocratie il est important que chacun obtienne une vision de chacun des partis présents dans la campagne. et pour cela, il est absolument nécessaire que l'on puisse ne pas éluder les partis qui ne sont pas en chambre.

  • Pierre Véronneau - Inscrite 1 octobre 2008 08 h 49

    Bien sur qu'ils devraient y être,on appelle ça de la démocratie.

    On appelle ça, de la démocratie, la démocratie quand on s'en sert juste quand ça fais notre affaire n'est pas de la démocratie. Quand les partis regardent les sondages qui leur sont favorables et que conséquemment ils décident d'aller en élection, ça aussi c'est inacceptable. Bien sûr que les verts et QS devraient être du débat. De plus, lorsque nous aurons un vrai système de votation démocratique ( de type proportionnelle ), non seulement verrons nous tous les chefs débattre à la télé, nous pourrons les voir aussi débattre en chambre... et ça c'est ce que j'appelle de la vrai démocratie !!
    Pierre Véronneau
    Montréal