L'Isle-aux-Grues - Le lieutenant-gouverneur perd son passe-droit pour le traversier

Québec — En devenant lieutenant-gouverneur du Québec l'an dernier, Pierre Duchesne a obtenu un passe-droit qui l'a distingué de la plèbe: il n'avait plus à attendre dans la file comme tout le monde pour embarquer, avec son chauffeur et sa limousine de fonction, sur le petit traversier qui relie Montmagny et L'Isle-aux-Grues, là où se trouve sa résidence secondaire. Mais voilà, la population irritée a regimbé et la démocratie municipale a parlé: le représentant de Sa Majesté a perdu ce privilège régalien.

La municipalité de L'Isle-aux-Grues est formée d'un archipel de 21 îles et îlots situé à 7,5 km de la côte de Montmagny. Seule l'île aux Grues est habitée à l'année. Cent vingt personnes y résident, un nombre qui s'élève à 168 durant la belle saison. Les jours de marée haute, le traversier, qui peut transporter 23 véhicules, accomplit quatre trajets d'une durée de 25 minutes à partir de l'île et quatre autres à partir de Montmagny. Mais, les jours de marée basse, il ne peut faire que deux allers-retours. Durant l'été, il arrive souvent que des automobilistes, qui ont patienté dans la file, doivent attendre le prochain départ, une heure et demie à deux heures plus tard.

Arrivant cinq minutes avant le départ au quai de Montmagny, le lieutenant-gouverneur, bien assis dans sa limousine, faisait fi de la queue, grâce à sa priorité, pour s'embarquer tout de go devant les simples mortels qui poireautaient. Un manège semblable se produisait quand le chauffeur de Son Excellence repartait de l'Isle-aux-Grues après avoir laissé le distingué personnage à sa résidence.

«Ç'a créé du mécontentement dans la population», a relaté le maire de Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues, Jacques André Roy. «On a un service de traversier qui fonctionne au gré des marées. On n'a pas beaucoup de temps lors de certaines périodes — une semaine sur deux l'été — et les voyages sont très serrés; on n'a pas beaucoup d'eau. Ça devient compliqué. Même au plan touristique, on a eu des problèmes.»

Nommé en mai 2007, le lieutenant-gouverneur a bénéficié, tout au long de l'année dernière, d'un passe-droit que lui avait accordé, de son propre chef, un capitaine du traversier. Mais la grogne populaire a conduit le maire à s'adresser à la Société des traversiers du Québec (STQ) afin d'obtenir des directives. C'est la municipalité de Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues qui gère le traversier depuis l'an dernier — c'est d'ailleurs la seule municipalité à assumer cette responsabilité au Québec — mais elle doit se conformer aux politiques de la STQ.

Or, à cet égard, la politique de la STQ est claire: «Il n'y a pas une traverse où on accorde des priorités», a indiqué le directeur des communications de la STQ, Jean Cantin. Les véhicules d'urgence, comme les ambulances et les camions d'Hydro-Québec, font évidemment exception. En raison de sa petite taille, le traversier de L'Isle-aux-Grues accorde aussi la priorité aux camions de livraison pour des traversées certains jours de semaine. Mais pour le reste, la politique de la STQ c'est: premier rendu, premier embarqué, sur tout le territoire du Québec.

Comme le lieutenant-gouverneur insistait pour que son privilège soit officialisé, le maire a obtenu un courriel de Jocelyn Fortier, vice-président aux affaires juridiques, secrétaire et coordonnateur de la sécurité civile de la STQ, «concernant une priorité d'embarquement pour Son Honneur, le lieutenant-gouverneur du Québec, monsieur Pierre Duchesne». La STQ «n'aurait aucune objection à faire une exception à ses règles habituelles si une telle demande lui était faite par résolution unanime du Conseil municipal».

À la séance du conseil municipal du 7 avril dernier, le maire a demandé qu'un vote secret soit tenu sur la question. «J'ai demandé un vote secret parce que c'est embêtant: c'est une assemblée publique», a souligné Jacques André Roy. Tout le monde se connaît dans cette petite municipalité. Le verdict a été clair: non seulement l'unanimité ne fut pas atteinte, mais une majorité de conseillers — quatre sur six — ont voté contre la proposition de la STQ.

Le lieutenant-gouverneur ne jouit donc plus d'un passe-droit, mais il ne lâche pas prise. Son cabinet fait pression sur la STQ. «Vous comprenez qu'il est le chef de l'État donc, des fois, on a des choses urgentes à régler et on ne peut pas attendre», a fait valoir le directeur des communications du lieutenant-gouverneur, Michel Demers. La principale tâche du lieutenant-gouverneur consiste à entériner les lois et les décrets du gouvernement. Pas plus tard que la semaine dernière, son chauffeur fut dépêché à L'Isle-aux-Grues pour lui apporter un décret adopté lors de la dernière réunion du conseil des ministres.

M. Demers a également évoqué l'enjeu de la sécurité du dignitaire. «S'il est dans une file, il faut qu'on soit toujours capable de le faire sortir rapidement. C'est la même chose avec le premier ministre, la gouverneure générale et même avec des ministres.»

Selon la Corporation de développement touristique de L'Isle-aux-Grues, l'île a accueilli, en 2007, 16 000 touristes, attirés par ses paysages bucoliques. L'Isle-aux-Grues est reliée par une batture de plusieurs kilomètres à l'île aux Oies; l'ensemble s'étend sur 12 kilomètres. Le peintre Jean-Paul Riopelle avait élu domicile dans une maison de ferme de l'île aux Oies. Puis, en 1995, le peintre a fait l'acquisition du manoir McPherson Lemoyne sur l'île aux Grues. L'île est reconnue pour sa fromagerie coopérative qui produit des fromages fins, tels le Riopelle, le Mi-carême et le Tomme de Grosse Île.

Un jour peut-être, le lieutenant-gouverneur pourra exercer sa priorité d'embarquement sans autant indisposer le bon peuple. Le maire Roy caresse le projet de faire partir le traversier de L'Anse-à-Gilles, située à Cap-Saint-Ignace, plutôt qu'à Montmagny. L'eau y est plus profonde, ce qui permettrait d'augmenter le nombre de traversées. Mais, construire un quai à L'Anse-à-Gilles est une affaire de 15 millions, une décision qui revient au ministère des Transports. Les insulaires ne peuvent malheureusement pas compter sur l'influence du lieutenant-gouverneur pour faire avancer ce projet; le personnage est bien inutile en pareil cas, puisque son devoir de réserve l'empêche de se mêler à toute affaire du gouvernement.

À voir en vidéo