Immigration - 51 % des Québécois appuient la thèse de Dumont

Si les Québécois semblent se détourner de l'Action démocratique du Québec, ils sont toutefois plus de la moitié à être d'accord avec son chef, Mario Dumont, sur la délicate question de l'immigration. En effet, 51 % de la population est d'avis que la capacité d'accueil et d'immigration a été atteinte au Québec, selon un sondage Léger Marketing-Le Devoir.

La dernière année au Québec a été marquée par le débat sur les accommodements raisonnables, qui a largement débordé sur la question de l'immigration. Au même moment, le gouvernement du Québec statuait sur une augmentation des seuils d'immigration, ouvrant ainsi la porte de la province à 10 000 étrangers de plus par année. Le chef de l'ADQ s'y est fermement opposé, plaidant en faveur d'une consolidation de l'immigration actuelle. «C'est plus que la ville de Rouyn-Noranda qu'on recolle au Québec à toutes les années en nouveaux arrivants», a alors dit Mario Dumont.

Cette question divise les Québécois: 44 % d'entre eux estiment que le Québec a la capacité d'accueillir et d'intégrer plus d'immigrants, alors que 51 % croient l'inverse et que 5 % ne se prononcent pas. Les électeurs adéquistes sont à 64 % d'avis que le seuil d'immigration a été atteint, contre 52 % pour les péquistes et 48 % pour les libéraux. On constate également une différence marquée entre francophones et anglophones. Les premiers croient à 54 % que la limite d'immigration est atteinte, alors que les seconds jugent à 57 % qu'il y a encore une capacité d'accueil et d'intégration.

Pour le sondeur Christian Bourque, de Léger Marketing, ce qui ressort surtout de ces résultats, c'est le fait que les jeux sont loin d'être faits. «Cela me suggère que le Québec est une grande société d'accueil, mais qu'il faut débattre sur notre capacité réelle d'intégration des immigrants», affirme M. Bourque.

L'enjeu de l'immigration continue à faire couler de l'encre, alors que l'affichage de l'ADQ dans le cadre des élections partielles dans Bourget est critiqué. La publicité adéquiste associe le recul du français à Montréal à la hausse de l'immigration, de 22 %. Et la solution proposée est une politique nataliste et le gel du seuil de l'immigration. L'automne dernier, Mario Dumont soutenait que le Québec ne devait pas accueillir davantage d'immigrants afin de «préserver l'identité québécoise».

Léger-Marketing a justement demandé aux Québécois s'ils voyaient dans l'arrivée d'un grand nombre d'immigrants une menace pour la langue française. La population de langue française est partagée en deux clans. Il y a 48 % de francophones qui y voient une menace, et 49 % sont d'avis contraire. Une faible proportion de 4 % des répondants francophones n'ont pas donné leur point de vue.

Les adéquistes (60 %) et les péquistes (48 %) sont ceux qui estiment que l'arrivée massive d'immigrants est une menace pour le français. Le tiers des libéraux est d'accord avec cette vision.

Le débat linguistique a refait surface au cours des dernières semaines et a suscité beaucoup de débats chez les politiciens et dans les médias. Le gouvernement de Jean Charest a été pris à partie plus d'une fois à propos de cet enjeu. Ce fut particulièrement vrai pour la ministre de la Culture et responsable du dossier linguistique, Christine St-Pierre. Un plan d'action a été annoncé, un conseiller spécial a été embauché et un changement de garde au cabinet de Mme St-Pierre a été apporté, question de mieux baliser les débats.

Or, la langue n'apparaît pas comme une épine au pied du gouvernement libéral. Quatre Québécois sur dix considèrent que le gouvernement Charest défend bien la langue française, selon les données du sondage. En contrepartie, 49 % croient exactement le contraire et 8 % ne se prononcent pas. Il faut également souligner qu'un électeur péquiste sur quatre voit en Jean Charest un bon défenseur de la langue.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le dossier linguistique n'est pas «un enjeu casse-gueule» pour le gouvernement libéral. «La question de la langue française demeure un enjeu clé pour le Parti québécois, qui a une position de leadership. Mais, à court terme, le gouvernement Charest n'en souffre pas», fait valoir Christian Bourque.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

19 commentaires
  • Dominic Pageau - Inscrit 25 avril 2008 00 h 56

    Et ce, malgré que notre belle élite veule nos faire avaler plus d'immigration

    Et dans tout ça, il ne faut pas confondre limiter l'immigration et racisme qu'on on ne cesse de nous répeter.

  • wally bellemare - Inscrit 25 avril 2008 04 h 06

    foutaise... Montréal=anglais

    Lorsque le peuble Montréalais s'adrresse en anglais en ouvrant la bouche pour se VALORISER, je ne crois pas 'a l'avance du Francias...Ce soir Crescent, Ste-Catherine Ouest,Vous du DE DEVOIR...ca V'A Faire..!
    Demandez donc 'a Nadeau votre photographe qui étais à Crescent vers 23 hres qu 'elle langue se parlait...?
    ....
    Le francais regresse abominablement au Québec...ou êtes vous
    situé le Devoir pour vous fermer le yeux...COMPLEXE DESJARDINS.?..rue ST-LAURENT ?...RIRE DU MONDE...ANGLAIS À 90 %...VITE L'IMMIGRATION

    SVP...PAS À MOI...ca ne prends plus...moi, je vis à chaque jour...dans ce milieu...? Le Devoir voit-il un mileu environnemental ds son entourage...M. SANSFACON...UN GUETTHO ?VITE , VITE, L'IMMIGRATION....NIER L'ÉVIDENCE !

  • Castor Politique - Inscrit 25 avril 2008 06 h 03

    Même les orignaux se peuvent plus !

    Et voila une caricature sur le sujet à l'adresse suivante :
    http://castorpolitique.wordpress.com

  • jacques noel - Inscrit 25 avril 2008 06 h 45

    plus d'immigrants au QC que dans 41 États américains!!!

    Au recensement de 2006, le Québec comptait 11,5% d'immigrants. On est rendu à plus de 12%, plus qu'aux USA. Plus que dans 41 États américains

    http://www.gcir.org/about_immigration/usmap.htm

    Le Rhode Island 11,3%
    Le Connecticut 10,9% (c'est une banlieue newyorkaise)
    L'Oregon a 8,5% d'immigrants
    La Virginie: 8,1%
    La Géorgie 7% (c'est l'État d'Atlanta)
    L'Alaska 5,9% (ce sont des Nordiques comme nous)
    Maryland 5,8% (c'est l'État de Baltimore)
    La Caroline du Nord 5,7%
    Delaware 5,7% (c'est une banlieue de Washington)
    Le Minnesota 5,3%
    Le Michigan 5,3% (c'est Détroit!)
    Le Kansas: 5%
    L'Idaho 4,9%
    Le Nebraska 4,4%
    Le NH 4,4% (ce sont nos voisins)
    La Pennsylvanie (c'est Philadelphie et Pittsburg) 4,1%
    L'Oklahoma 3,8%
    Le Tennesse 3,8%
    Le Vermont 3,8% (ce sont nos voisins)
    Le Missouri 3,7%
    Le Wisconsin 3,6%
    L'Iowa 3,1%
    L'Utah 3,1%
    L'Indiana: 3%
    L'Ohio 3% (c'est Cleveland, l'un des plus populeux du pays)
    La Caroline du Sud 2,9%
    Le Maine 2,9% (ce sont nos voisins)
    L'Arkansas 2,8%
    La Louisiane 2,6% (c'est à coté du Mexique)
    Le Wyoming 2,3%
    Le Kentuky 2%
    Le Nord-Dakota 1,9%
    Le Sud-Dakota 1,8%
    Le Mississipi 1,4%
    Le Montana 1,1%
    La Virginie occ 1%



    La France, en feu depuis des années, est à 10,7%. La Hollande où ca déborde et où la burka est maintenant interdite, 10,1%. La Grande-Bretagne, machine à terroristes, 9,1%. La Norvège, riche comme ça se peut pas, 7,4% et le Danemark, aussi en feu depuis quelque temps, 7,2%. La Belgique n'a que 6,2%, l'Italie 4,3%, la Finlande 3% et la Pologne 1,8%

    http://www.migrationinformation.org/Feature/displa

  • Gilles Bousquet - Inscrit 25 avril 2008 07 h 35

    Le Québec encore divisé en 2

    Le Québec est divisé en deux sur ce sujet comme pour la souveraineté du Québec. Fait que...notre gouvernement va simplement faire ce qui lui tente et augmenter le nombre d'immigrants ce qui peut être très bien s'ils se joignent aux francophones et s'ils sont bien intégrés et heureux, autrement on s'achète des problèmes à la pelle.