Lucien Bouchard, médiateur entre les Cris et Hydro-Québec

L'ex-premier ministre Lucien Bouchard agira comme médiateur en vue du règlement des différends entre le Grand Conseil des Cris et Hydro-Québec.

Le Grand Conseil des Cris et Hydro-Québec en ont fait l'annonce conjointe hier. Ce mandat découle de la convention conclue le 7 février dernier entre le Grand Conseil des Cris, l'Administration régionale crie, Hydro-Québec et la Société d'énergie de la Baie-James (SEBJ) dans la foulée de l'entente signée entre les Cris et le gouvernement du Québec, désignée depuis sous le vocable de la Paix des Braves.


En vertu de la convention signée entre Hydro-Québec et les Cris, ces derniers suspendent pour une période de trois ans les poursuites contre la société d'État. À la place, les parties se sont engagées dans «un processus de règlement des procédures judiciaires en suspens et d'élaboration de solutions quant à l'exécution de certains engagements antérieurs d'Hydro-Québec et de la SEBJ», peut-on lire dans le communiqué émis hier. À cet effet, les Cris et Hydro-Québec convenaient de désigner un médiateur, mandat qu'assumera Me Lucien Bouchard en tant que membre du cabinet d'avocats Davies Ward Phillips & Vineberg. Chez Hydro-Québec, on souligne que M. Bouchard touchera son tarif horaire habituel, qu'il facturera mensuellement. Le deux parties se partagent la note.


Un comité de médiation a déjà été formé, auquel participent Thierry Vandal, Armand Couture et Me Gilles Marchand pour Hydro-Québec, et Roderick Pachano, Philip Awashish et Me John-Paul Murdoch pour la nation crie.


«Nous sommes très heureux que M. Bouchard ait accepté l'invitation. Ça facilite la médiation quand c'est un individu très respecté qui la dirige», a dit Bill Namagoose, du Grand Conseil des Cris. Les principaux différends entre Hydro-Québec et les Cris portent sur les paramètres d'exploitation du complexe La Grande et la pollution au mercure causée par l'inondation des terres, a-t-il mentionné.