Premier ministre durant deux mandats, pas plus!

Québec — Les jeunes libéraux de l'Estrie voudraient qu'un futur gouvernement libéral limite à deux le nombre de mandats que pourrait remplir un premier ministre québécois, tandis que ceux de Lanaudière voudraient que l'obtention d'un diplôme d'études secondaires devienne obligatoire au Québec.

Les délégués de ces deux instances régionales soumettront ces propositions à leurs collègues de la Commission jeunesse du PLQ, cette fin de semaine, dans le cadre d'une assemblée des conseillers-jeunes à Chertsey, dans Lanaudière.


La proposition de la Commission politique des jeunes de l'Estrie voudrait qu'un premier ministre occupe un maximum de deux mandats, d'une durée de cinq ans chacun, peut-on lire dans les documents de la Commission jeunesse.


Selon Cédrick Beauregard, président de l'instance estrienne, cette proposition vise à «limiter une personne et non un parti. Un parti pourrait être au pouvoir aussi longtemps que la population le réélit, mais un chef de parti qui fait des promesses pour se faire élire aurait dix ans, une fois devenu premier ministre, pour les réaliser».


«Du coup, soutient-il, il ne pourrait pas solliciter un troisième mandat consécutif en prétextant qu'il n'a pas eu le temps de réaliser ses promesses. Le but est de faire bouger les choses plus rapidement.»


La population s'attend à un gouvernement qui «fasse un peu moins de promesses, et qui passe un peu plus à l'action», résume M. Beauregard.


Quant à la proposition des jeunes de Lanaudière, soit de rendre obligatoire l'obtention d'un diplôme secondaire, elle se veut avant tout une réponse au taux de décrochage scolaire très élevé au Québec.


On croit également qu'une telle mesure pallierait le faible taux de réussite des cours obligatoires au secondaire et le faible taux de placement et la mauvaise rémunération auxquels sont confrontés les gens qui ne détiennent pas de diplôme d'études secondaires.


Une telle proposition impliquerait une modification de l'article de la Loi sur l'instruction publique, qui permet à un étudiant du secondaire de quitter l'école de son propre gré à compter de l'âge de 16 ans.