Des militants de l'ADQ réclament la démission de Gilles Taillon

Le numéro 2 de l'Action démocratique du Québec, Gilles Taillon, est contesté dans sa propre circonscription. L'exécutif démissionnaire de Chauveau réclame son départ, et la désignation d'un autre candidat, a appris Radio-Canada.

Les démissionnaires rencontrés par le journaliste de la télévision d'État ont qualifié le comportement de M. Taillon avec les bénévoles d'«inacceptable» et ont réclamé des excuses publiques.

Armand Maltais, membre fondateur de l'ADQ et l'un des premiers candidats du parti en 1994, reproche également à Mario Dumont de s'être distancé de l'affaire et de s'être détaché de la base militante.

Rémi Lacasse, ex-membre de l'exécutif de Chauveau, qui croyait avoir quitté le Parti libéral pour un parti plus branché sur ses militants, s'est dit grandement déçu.

Gilles Taillon a rétorqué à Radio-Canada qu'il n'y avait «pas de secret, pas de cachette». L'adjoint au chef de l'opposition officielle considère que l'on accorde «trop d'importance à des gens qui voulaient simplement obtenir un emploi au bureau de comté».