Mario Dumont entend talonner le gouvernement

Bécancour — Même si les problèmes du système de santé sont «urgents» et que le dépôt du rapport du groupe de travail constitue «une occasion historique» pour faire des changements, le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, n'a aucune intention de faire tomber le gouvernement sur cette question.

«Les travaux parlementaires sont là pour nous donner l'occasion quotidiennement de pousser sur le gouvernement», a dit Mario Dumont hier quand on lui a demandé s'il allait se résigner à assurer la survie du gouvernement. L'ADQ n'envisage pas de faire tomber le gouvernement. «On n'entreprend pas cette session parlementaire dans cet esprit-là», a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse alors que les députés adéquistes en étaient à la première journée de leur caucus présessionnel de deux jours.

Le rapport du groupe de travail présidé par Claude Castonguay, un gouvernement adéquiste aurait pu le commander, et Mario Dumont entend bien profiter de la teneur de ses recommandations sur l'ouverture au privé pour talonner le gouvernement. «Si Philippe Couillard, si Jean Charest rêvent que le rapport Castonguay, il est passé à la déchiqueteuse, qu'on oublie ça, qu'on n'y pense plus et qu'on n'en parlera plus jamais, ça n'arrivera pas. On va utiliser les moyens parlementaires à notre disposition pour remettre ces sujets-là à l'ordre du jour», a avancé Mario Dumont.

Convaincu que l'électorat appuie les changements préconisés par le rapport, Mario Dumont croit que la réforme du système de santé pourrait être «au coeur de la prochaine campagne». Mais des élections ne sont pas pour demain, d'autant plus que les discussions sur le prochain budget avec la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, vont bon train, a-t-on laissé savoir.

Le chef adéquiste a fustigé Philippe Couillard pour son immobilisme. «Tout le monde a compris qu'avec Philippe Couillard, des changements dans le système de santé, il n'y en aura pas. Le seul changement qui semble l'intéresser, c'est de changer de ministère», a-t-il lancé.

Mario Dumont a d'ailleurs invité Jean Charest à procéder à un remaniement ministériel affectant pas moins de cinq ministres en plus de M. Couillard. Il a déploré le «laxisme déplorable dans tout le dossier de l'identité», ce qui vise la ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles, Yolande James, ainsi que la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre. Il a critiqué la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, pour sa gestion de la réforme scolaire. Il a accusé le ministre de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation, Laurent Lessard, d'avoir «de façon très maladroite [mis] le couvercle sur la marmite avant même que ça commence à bouillonner» avec sa réaction au rapport de la commission Pronovost sur l'avenir de l'agriculture. Enfin, il a égratigné Monique Jérôme-Forget. Avec le rapport Castonguay, «elle a perdu autant de crédibilité que dans le dossier de la réingénierie», juge Mario Dumont.

À voir en vidéo