cache information close 

Motoneiges: les groupes écologistes vilipendent le PQ

Les groupes écologistes qui appuient la décision de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, de sortir les motoneiges des parcs nationaux d'ici la fin de l'année accusent le Parti québécois de faire de la «petite politique» quand il dénonce ce «geste de cohérence».

Le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement (RNCRE) et Nature Québec ont même parlé de «démagogie» à propos de la sortie du député péquiste de Chicoutimi, Stéphane Bédard, qui a accusé la ministre Beauchamp de porter un dur coup à l'économie des régions, dont elle ne connaîtrait rien en tant qu'urbaine de Montréal.

«Parler de menace à une industrie de 700 millions de dollars alors qu'il s'agit de déplacer seulement 120 kilomètres de sentiers sur un réseau qui en compte plus de 33 000 relève de la démagogie. Le député péquiste devrait se rappeler que la politique sur les motoneiges et le règlement qui interdit leur passage dans les parcs ainsi qu'aux autres véhicules hors route ont été adoptés du temps où il était au pouvoir», a déclaré Michel Bélanger, président de Nature Québec.

Ce dernier estime que cette sortie compromet la crédibilité du PQ quant à sa réelle volonté de protéger les parcs devant les lobbys économiques: «Si le PQ est sérieux dans ce dossier et s'il veut provoquer un vrai changement d'attitude des clubs et de l'industrie, il n'a qu'à s'engager à abolir cette loi inique par laquelle le Parti libéral a empêché tous les citoyens du Québec de se prévaloir du précédent juridique obtenu par les riverains de la piste du Petit Train du Nord, qui ont gagné leur recours collectif pour nuisance anormale contre les clubs de motoneiges. Il suffit de faire disparaître cette loi pour que le changement s'amorce de lui-même et mette fin aux abus contraires aux lois en vigueur.»

À la direction du Parti québécois, hier, on refusait de blâmer ou de contredire le député Bédard. Il a été impossible de parler à la cheffe du Parti québécois, Pauline Marois, qui était trop surchargée pour se prêter à une entrevue, affirmait sa porte-parole, Christiane Miville-Deschênes.

Cette dernière a soutenu elle aussi que «la ministre Beauchamp a été trop loin, trop rapidement» en voulant faire appliquer la loi sur les parcs après 15 ans de tergiversations.

«Le coeur de la solution, dit-elle, c'est l'industrie qui continue à fabriquer des machines polluantes et bruyantes. On ne remet pas en doute qu'ultimement, les motoneiges doivent sortir des parcs. Mais le gouvernement doit le faire en suscitant des consensus, sans impact économique pour les régions et en mettant la pression sur l'industrie.» Mme Miville-Deschênes a toutefois été incapable de préciser s'il y aurait des impacts économiques importants à déplacer 0,003 % du réseau actuel de motoneiges, comme l'exige la loi.

Cependant, elle estime que les «propos du député Bédard ont probablement dépassé sa pensée» quand il accuse la ministre Beauchamp, en tant qu'urbaine, de ne pas comprendre la réalité économique des régions.

Pour Philippe Bourke, du RNCRE, les conseils régionaux, eux, connaissent cette réalité, quoi qu'en dise le député Bédard, et il était temps, après 15 ans de report des échéances, d'aviser les clubs que la récréation sera terminée dans un an.
4 commentaires
  • Normand Desjardins - Inscrit 23 janvier 2008 01 h 28

    Le PQ à la dérive...

    Reste-t-il quelques intellectuels au PQ? Pourquoi personne dans ce parti ne réagit aux propos insensés du député de Chicoutimi?

    La motoneiges est un véhicule "récréatif" de 500 livres qui consomme (entre 12 et 18 mpg) autant sinon davantage qu'un Hummer de 3 tonnes (17 mpg). De plus, contrairement aux voitures, les motoneiges (et VTT) ne sont pas munies de systèmes catalytiques (anti-pollution). La majorité des motoneiges sont toujours munies de moteurs 2 temps qui brûle l'huile en même temps que l'essence. Résultat : une motoneige en marche peut polluer autant que 100 voitures.

    Peu importe les raisons économiques, quelqu'un quelque part peut-il enlever ces aberrations bruyantes et polluantes de nos parcs nationaux. Ces derniers sont des endroits de conservation de la nature et non pas des terrains de jeu pour maniaques de la gazonline et des fumées d'échappement.

    S'il n'en tenait qu'à moi, à l'heure de Kyoto, ces véhicules inutiles et dangereux ne seraient plus en vente libre - pour des fins de loisir - à l'intérieur de nos frontières. Mais ça, ce serait automatiquement contesté par le parti d'opposition démago du moment.

    Pour constater le beau monde que défend le PQ et les Libéraux (ce sont ces derniers qui ont, par une loi, protégé des poursuites pour dérangement les clubs de motoneiges. Un précédant juridique dangereux), allez faire un tour sur le forum officiel des motoneigistes : CMIQ (lien plus bas). Une lecture édifiante.

    ref : http://www.motoneigeauquebec.com/forum/showthread.

  • rivestfr@gmail.com - Abonné 23 janvier 2008 12 h 15

    Une vraie honte...

    C'est à croire que le PQ n'a pas tellement changé depuis l'époque où Guy Chevrette était ministre des Ressources naturelles et pourfendait les "écolos". À quand un parti qui aura un message cohérent en matière de protection de l'environnement?

  • Robert Mayrand - Inscrit 23 janvier 2008 16 h 24

    Typiquement québécois

    On est tous pour l'Accord de Kyoto, mais touche pas à mon moteur!!!Je crois que la culture québécoise se fonde davantage le hors-bord, le skidoo, la tondeuse à gazon, les trois roues et les quatre roues, les têtes-à claques etc. que sur la connaissance de la littérature et du théâtre. Bref, il y a lieu de hausser le niveau de conscience planétaire des Québécois et ça ne passe pas par le réductionisme nationaliste.

  • Claude L'Heureux - Abonné 23 janvier 2008 19 h 59

    Le vrai visage du PQ

    Pendant que le Bloc accuse Ottawa, avec raison, de se servir de nos impôts pour subventionner l'exploitation des sable bitumineux de l'ouest le PQ cautionne la moto-neige et ferme les yeux sur l'emplacement de Rabaska. Pourquoi le Q vert ?

    Claude L'Heureux, Québec