Dumont accuse le gouvernement d'improviser

Québec - Mario Dumont a dénoncé hier l'improvisation d'un gouvernement qui veut construire de nouveaux édifices gouvernementaux au moment même où il parle de réduire la taille de l'État.

Le chef de l'ADQ croit que la coïncidence entre les révélations sur les intentions de Bernard Landry de diminuer radicalement la taille de la fonction publique québécoise et l'annonce de la construction d'édifices pour loger quelque 2500 fonctionnaires, à Québec, «trahit le niveau d'improvisation» du gouvernement.

«Ils nous redisent qu'ils vont réduire le nombre d'organismes [mais], dans ma tête, quand on abolit un organisme, on libère des bureaux, on libère de l'espace. On n'a pas besoin d'en construire de nouveaux», a-t-il résumé à l'Assemblée nationale.

Le président du Conseil du trésor, Joseph Facal, a cependant fait valoir que les baux visant 250 000 pieds carrés d'espace loué par le gouvernement québécois arriveraient à échéance d'ici 2012, alors que les immeubles en cause ne représentent que 45 000 pieds carrés.

«En remplaçant une partie de cet espace locatif par un actif qui restera aux mains du gouvernement, nous allons offrir aux ministères des baisses dans les loyers qu'ils paient à la Société immobilière du Québec [SIQ], a estimé le président du Conseil du trésor. On rentre dans nos chiffres, l'arithmétique est simple.»

Il a précisé que 25 000 des 70 000 fonctionnaires actuels prendront leur retraite au cours des 10 prochaines années, alors que 2500 logeront dans les immeubles qui seront construits dans la capitale.

Un comité présidé par M. Facal préconise de ramener à 12 ou 15 le nombre de ministres, qui dépasse actuellement la trentaine, et d'abolir ou de fusionner une soixantaine des 206 organismes publics existant présentement, a-t-on appris mardi. Or, ce même jour, le gouvernement avait annoncé le lancement de deux projets de construction totalisant 144 millions.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.