Plan de redressement de l'UQAM - Courchesne attendra l'arrivée de Corbo

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a beau être plongée dans une grave crise financière et immobilière, son redressement devra attendre l'arrivée du nouveau recteur Claude Corbo en janvier.

Après avoir établi que l'UQAM devait présenter son plan de redressment en respectant la date butoir du 30 novembre dernier et avoir refusé la semaine dernière un report de l'échéance, la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, se montre plus souple. Le changement de garde au rectorat est pris en considération. «On va laisser le recteur prendre connaissance des documents. On va laisser le nouveau recteur arriver», a indiqué hier au Devoir la ministre Courchesne. Claude Corbo doit en effet entrer en fonction le 7 janvier.

À l'UQAM, on affirme qu'une nouvelle échéance se justifie largement, et ce, indépendamment de l'arrivée du nouveau recteur. «L'ampleur de la tâche et la complexité des travaux ont imposé un certain délai. Le mois de janvier est une cible qu'on va tenter d'atteindre», a expliqué Daniel Hébert, directeur des communications de l'UQAM.

Cette nouvelle situation ne signifie en rien que le plan de redressement est freiné, ont précisé en choeur la ministre et l'UQAM. Les travaux d'élaboration de mesures de compression budgétaire ou de génération de revenus se poursuivent. La ministre Courchesne souligne d'ailleurs que les discussions se sont intensifiées au cours de la dernière semaine. «Le dossier est très actif», a-t-elle assuré.

«Les documents qui ont été remis vendredi sont extrêmement importants et ils n'ont jamais été aussi précis[...] Nous avons des pistes de solutions qui ont été remises par les consultants de l'UQAM. Certaines seront approfondies», a fait valoir Michelle Courchesne.

Hier, le conseil d'administration de l'UQAM a reçu un rapport intérimaire sur la situation financière et le plan de redressement élaboré par la firme PriceWaterHouseCoopers. Les consultants ont analysé l'état actuel des finances et, constatant une baisse d'environ

1 % du nombre des inscriptions, ont corrigé en conséquence les revenus prévus.

Ils ont également présenté un aperçu des mesures de redressement que l'UQAM pourra mettre en oeuvre. Certaines hypothèses devront toutefois attendre l'arrivée en poste de Claude Corbo, afin qu'il puisse y mettre son grain de sel.

«À cette étape-ci, je suis satisfaite; mais il est clair que le conseil d'administration de l'UQAM aura des décisions importantes à prendre. Je suis confiante qu'avec l'arrivée du nouveau recteur ces décisions-là seront prises», a affirmé la ministre de l'Éducation.

Quant à la vision de Claude Corbo, qui souhaite soustraire l'UQAM au pouvoir décisionnel du réseau de l'Université du Québec, la ministre Courchesne se montre prudente. «C'est prématuré. Avant de parler de structures, on va commencer par s'assurer de la pérennité financière de l'UQAM pour qu'elle puisse répondre à sa mission», a-t-elle soutenu.

Le conseil d'administration de l'UQAM se réunira de nouveau la semaine prochaine afin de suivre ce dossier.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 5 décembre 2007 10 h 10

    Deuxième rectorat

    Il aurait été intéressant de mentionner que Claude Corbo sera à sa deuxième expérience à titre de recteur de l'UQAM.
    Roland Berger
    St-Thomas, Ontario