Un jour du Souvenir sous le signe de l'Afghanistan

Les vétérans ont défilé hier dans le centre-ville de Montréal pour commémorer le jour du Souvenir.
Photo: Pascal Ratthé Les vétérans ont défilé hier dans le centre-ville de Montréal pour commémorer le jour du Souvenir.

Première Guerre mondiale, Deuxième Guerre mondiale, guerre de Corée... Des dizaines de milliers de personnes ont rendu hommage hier aux personnes tombées au combat au cours des différents conflits armés auxquels le Canada a participé, à l'occasion du jour du Souvenir. Et cette année, les commémorations ont fait une large place à la guerre en Afghanistan.

À l'instar de plusieurs autres personnalités politiques, le premier ministre Jean Charest a d'ailleurs profité de l'occasion pour inviter tout un chacun à appuyer les soldats déployés dans ce pays. «Il faut appuyer les soldats qui sont là et ne pas hésiter à leur dire que nous sommes avec eux [...] même si la mission connaît des aléas, des difficultés, cela fait partie, malheureusement, de la guerre», a-t-il dit au terme de la cérémonie soulignant le jour du Souvenir à Québec.

En dépit de l'hostilité meurtrière qu'ils rencontrent sur le terrain, les soldats canadiens déployés en Afghanistan oeuvrent en faveur de la «liberté et de la justice» et pour défendre «nos valeurs», a soutenu M. Charest.

Le premier ministre considère par ailleurs qu'il est inutile de remettre en cause l'intervention canadienne en Afghanistan. Une fois que la décision d'envoyer les Canadiens à la guerre a été prise, les soldats s'attendent à recevoir le soutien inconditionnel de la population, a-t-il soutenu. Présent en terre afghane depuis 2002, le Canada a perdu jusqu'à maintenant 71 soldats et un diplomate.

D'Ottawa à Kandahar

À Ottawa, les cérémonies ont attiré une imposante foule de plus de 30 000 personnes. La gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, et le premier ministre Stephen Harper se sont joints à des dignitaires et à des anciens combattants en face des édifices du parlement. Mme Jean et M. Harper ont déposé des gerbes en présence de spectateurs, parmi lesquels une femme brandissant un petit écriteau sur lequel était inscrit le mot «merci».

L'aumônier général des Forces canadiennes, le brigadier général Stanley Johnstone, a rappelé que le Canada avait pris forme grâce au sacrifice des Canadiens lors de batailles telles que celle de la crête de Vimy, au cours de la Première Guerre mondiale, ainsi que des débarquements de Dieppe et de Normandie, lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Une cérémonie a également eu lieu à Kandahar, en Afghanistan, où les familles de cinq soldats canadiens ont rendu hommage à leurs proches tombés au combat face aux talibans. Lincoln Dinnning et sa femme, Laurie, se sont recueillis devant la photo de leur fils, Matthew, tué à l'âge de 23 ans lors de l'explosion d'une bombe artisanale au nord de Kandahar.

À Montréal, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal a elle aussi tenu sa traditionnelle commémoration au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. Son président, Jean Dorion, a insisté sur le devoir de mémoire des jeunes générations par rapport aux personnes qui ont pris part aux deux guerres mondiales, mais aussi au conflit en Corée. «C'est aux sacrifices, et parfois le plus grand de tous, des hommes et des femmes de ces temps-là que nous devons de ne pas avoir eu à revivre, à notre tour, leurs épreuves», a-t-il rappelé.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, qui participe à cette cérémonie depuis de nombreuses années, a soutenu qu'il fallait se souvenir de ces hommes et de ces femmes qui ont donné leur vie pour la démocratie. La démocratie, a-t-il ajouté, est un bien précieux qu'il ne faut jamais tenir pour acquis.

Avec La Presse canadienne