Les dessous d'un mystérieux blogue adéquiste

Québec — Une mystérieuse et prolifique blogueuse adéquiste, qui signe Élodie Gagnon-Martin, irrite et intrigue tellement les blogueurs souverainistes que ces derniers ont lancé une enquête pour la démasquer.

Le blogue de Mme Gagnon-Martin, qui s'intitule «Les dessous de la politique - Les réflexions d'une fille de droite» et qui contient des propos mordants, dont certains presque diffamatoires (comme cela se produit fréquemment dans la blogosphère), est devenu une référence pour les grands médias. Mme Gagnon-Martin a par exemple été citée à plusieurs reprises dans les carnets technologiques du Réseau de l'information de Philippe Schnobb et Sophie-Hélène Lebeuf. Mardi, par exemple, on y faisait référence à la réaction de la blogueuse à l'élection partielle de la veille. Métro a cité des extraits de son blogue à au moins deux reprises. La Presse a fait de même dans plusieurs textes et a même publié une lettre le 5 septembre (en réaction à un éditorial) signée Élodie Gagnon-Martin. Le numéro 2 de l'Action démocratique du Québec, Gilles Taillon, publie souvent des commentaires au bas des entrées de Mme Gagnon-Martin.

Or, selon des blogueurs souverainistes comme Claude Villeneuve (ancien président des jeunes péquistes), Élodie Gagnon-Martin serait en fait un «nom de clavier», une fausse identité. Si la dame a une adresse courriel (Hotmail) et échange des messages, personne, pas même d'autres blogueurs adéquistes qui organisent des rencontres IRL («in real life»), par exemple David Chrétien («Un blog de centre-droit»), Marc Snyder et Vincent Geloso, ne lui a parlé ni ne l'a rencontrée. «C'est un grand mystère, dit M. Geloso. Moi-même, je ne sais toujours pas qui elle est. Si vous l'apprenez, informez-moi», nous a dit ce militant adéquiste de la région de Montréal, qui a cessé de bloguer parce qu'il «se consacre à ses études en économie».

Le Devoir a évidemment écrit à de multiples reprises à Mme Gagnon-Martin et, alors qu'elle était active dans son blogue, elle n'a jamais répondu à nos demandes d'entrevue.

Élodie, un garçon

Des souverainistes soutiennent qu'Élodie Gagnon-Martin est en fait un homme, Pierre Morin, employé de l'Action démocratique travaillant au parlement comme chef de cabinet du troisième vice-président de l'Assemblée nationale, Marc Picard.

Ancien militant souverainiste (il a été cofondateur du Mouvement étudiant pour le OUI en 1980), M. Morin, 46 ans, a travaillé auprès de Sylvie L'Espérance (aujourd'hui décédée), qui fut députée adéquiste de Joliette de juin 2002 au 14 avril 2003. Ce «Joliettain pure laine» a été rédacteur en chef de La Lettre adéquiste, une publication du parti, et responsable d'une revue de presse sur l'intranet de l'ADQ. Dans le numéro de mars 2006 de La Lettre, Pierre Morin expliquait qu'il avait offert ses services à l'ADQ huit mois après la cuisante défaite du 14 avril 2003: «Quand on m'a offert un poste au cabinet du chef, je n'ai posé qu'une seule question: est-ce que je vais travailler pour le futur premier ministre du Québec? La réponse m'a décidé à dire oui et j'ai fait mon entrée à Québec en janvier 2004.» Mais en octobre 2005, il est atteint du syndrome de Guillain-Barré et doit quitter ses fonctions.

Lorsqu'il prend du mieux, M. Morin ouvre le blogue «Le Surfeur autonome», où il signe sous le nom de «MisterP» des entrées virulentes qui ont beaucoup de succès dans la «guerre des blogues» pendant la campagne électorale. «Cette guerre des blogues, on l'a gagnée. Et j'ai très bien blogué», nous a-t-il dit avec fierté hier. Au Directeur général des élections qui se penche sur le cas des blogues, il proteste en faisant valoir qu'il est bénévole et nullement un employé rémunéré de l'ADQ. Il raconte dans une entrée que son état de santé lui donne du temps pour travailler à son blogue, ce qui explique le fait qu'il soit si prolifique.

M. Morin, partiellement rétabli, est réembauché par l'ADQ dès après les élections de 2007. Il est alors contraint de fermer son blogue «Le Surfer autonome» et liquide même toutes les archives sur Internet. Il ouvre un autre blogue, «Vu du deuxième» (étage du Parlement), où il entendait parler des dessous de l'Assemblée nationale. «Ceci est mon blogue personnel, comme Radio-Canada et Cyberpresse/Technaute l'ont fort bien souligné», écrivait-il le 28 avril. «Ni l'ADQ ni l'aile parlementaire de l'ADQ ne m'ont mandaté, approuvé ou commandité. Je blogue parce que cela me plaît, voilà! Y voir autre chose, c'est être à côté de la vérité, penser que mon employeur s'en servira pour passer des messages, c'est nager en pleine théorie du complot, ce qui me fera soupçonner que mes fans proviennent aussi de Québec solitaire!» Mais ce projet de blogue personnel a fait long feu. Son devoir de réserve comme employé de l'ADQ l'empêchait de continuer, nous a-t-on expliqué hier à l'ADQ.

C'est peu de temps après, à la mi-mai, qu'apparaît sur la Toile le blogue d'Élodie Gagnon-Martin, intitulé «Les dessous... de la politique». Une blogueuse, Fannie Drolet (auteur de «La Plume souverainiste»), souligne des ressemblances avec celui de MisterP. Dans une entrée intitulée «Mister P version féminine?», elle écrit ceci: «Même grille graphique, [...], même blogoliste... Ajoutons à cela la publication des bricolages signés de Mister P.» En effet, ce dernier fait des photomontages, notamment un qui avait été publié dans Le Journal de Montréal pendant la campagne électorale (on y voyait André Boisclair à côté d'un personnage des Têtes à claques).

Les blogueurs qui accusent Pierre Morin de se cacher derrière Élodie Gagnon-Martin «pour diffamer Mme Marois» font remarquer la grande parenté du style et du caractère chez les deux personnages. Ils sont résolument antipéquistes et de droite, apprécient les mêmes caricaturistes et publient les mêmes bannières («Sauver le Darfour», notamment). Le vocabulaire et les expressions («scoop de l'année», «théorie du complot») sont apparentés. Élodie oublie même assez souvent d'accorder ses phrases au féminin.

Elle qui dit vivre à Montréal, être une «travailleuse autonome» (en quoi, on l'ignore) qui «gagne bien sa vie», connaît extrêmement bien les rouages de l'Assemblée nationale, parle du «hot room», cette pièce du parlement où les journalistes mitraillent les politiciens de questions avant ou après les travaux de la Chambre. Élodie Gagnon-Martin sort parfois de son blogue pour publier des commentaires. Sur le site DemocraticSpace, qui a ouvert une page pour chacune des 125 circonscriptions québécoises, Élodie a d'ailleurs publié des commentaires dans les circonscriptions de Joliette et de Berthier.

D'autres blogueurs (le site CharityBernard, par exemple) qui s'intéressent à cette affaire ont soumis la théorie selon laquelle Élodie Gagnon-Martin serait en fait une autre Élodie, Girardin-Lajoie celle-là, attachée de presse de Mario Dumont. D'autres, dont Claude Villeneuve, évoquent «une personnalité-parapluie, utilisée par plusieurs membres de l'ADQ pour poster une grande quantité d'éditoriaux, de textes de blogue, etc.».

L'ADQ nie

L'ADQ et le principal intéressé ont tous deux rejeté ces théories hier. Le directeur des communications Jean-Nicolas Gagné a déclaré à propos de M. Morin: «À moins qu'il ne le cache, je peux affirmer que Pierre ne fait pas de blogue. Je peux le garantir: Élodie [Girardin-Lajoie] non plus ne fait pas de blogue.» M. Gagné a dit s'être fait poser la question à plusieurs reprises depuis quelque temps. «C'est devenu une blague entre nous. Lorsque Élodie [Girardin-Lajoie] s'en va vers son bureau, on lui dit: "C'est ça, tu t'en vas faire ton blogue!" Et on rit parce que c'est tellement pas son genre.»

Après avoir argué du devoir de réserve de M. Morin pendant trois jours, le service des communications de l'ADQ, en toute fin de journée hier, a finalement permis au Devoir de l'avoir en entrevue. «C'est faux, cette histoire. Est-ce qu'il va falloir que je passe un test d'ADN? Si je bloguais encore, j'écrirais que ces péquistes devraient, eux, passer un test d'urine», a-t-il répondu. «Je ne suis pas blonde et je n'ai pas les yeux verts comme Élodie», a-t-il ajouté. «De toute façon, si je me fie aux rumeurs, je serais derrière une vingtaine de blogues. Ils sont spécialistes de l'exagération, les péquistes. Comme dans leurs budgets et dans leur déficits», a-t-il pesté. M. Morin a raconté que lorsqu'un journaliste avait percé le mystère de l'identité de MisterP, pendant la campagne électorale, il était tout de suite passé aux aveux. «Je ne voulais pas me cacher. J'ai dit qui j'étais», a-t-il déclaré.
17 commentaires
  • Benoît Gagnon - Inscrit 28 septembre 2007 01 h 01

    Qui suis-je?

    La question n`est pas le "qui"?. Mais, est-ce que le contenu de ce blogue, nous donne un aspect de la vérité ou un contenu mensonger et dégradant."si tu ne peux dire du bien de l`autre alors tais-toi"

  • Yvon - Inscrit 28 septembre 2007 08 h 13

    La blague du blogue...

    "Lorsqu'il prend du mieux, ..." Ça alors, comme phrasé, j'aimerai bien quel'on me l'explique! je ne vois pas où est le problème si nous somems dans une société où la liberté d'expression existe? Combien n'y-a-t-il pas de pseudonymes dans le web ou non, d'ailleurs! Il y a beaucoup d'écrivains qui écrivent avec un pseudo...Voyez le grand homme et philosophe français qui vient de se suicider avec son amour pour Dorine sa femme, André Gorz. Est-ce que vous nous appelez à la DÉLATION? Le vote politique se trouve dans les urnes pas dans les blogues, la bonne blague...

  • Donald Bordeleau - Inscrit 28 septembre 2007 08 h 58

    Typiquement adéquiste

    Sournois, imprécis, racoleur, dénonciateur mais aucun courage de dire ce qu'ils feront. Quand tu ne fais jamais rien, tu peux critiquer tant que tu veux. Se cacher derrière un nom c'est ADQ. Faire comme Mario Dumont se rendre à Montréal sans remercier son candidat dans Charlevoix, c'est ADQ. C'est ce qui arrivera à ceux qui croient en cette formation aussitôt au POUVOIR, salut les petits péquistes déserteurs, indécis, mous, l'important c'est de gueuler.

  • Steve Fortin - Inscrit 28 septembre 2007 09 h 29

    Ne pas avoir le courage de ses convictions...

    C'est tout à fait "adéquiste" que de se servir de ces moyens pour masquer ses intentions... ADQ --- Harper... même combat ? On doit admettre que c'est beaucoup plus facile de crier au meurtre et gueuler par rapport aux accomodements raisonnables, capitaliser par pure démagogie et ensuite DISPARAÎTRE quand vient le temps de proposer des solutions ou des explications intelligentes.

    Mais à droite... l'intelligence n'est que perte de temps et d'argent. La composition de la députation adéquiste, si faible selon la quasi totalité des chroniqueurs politiques (souverainistes ou fédéralistes), ne fait que montrer les limites de ce que la démagogie peut proposer.

    Laissons les adéquistes gouverner. Nous verrons ensuite, quand la galère fuira de partout, qu'il y a un pas entre être critique en matière de justice (parce qu,on a fait de la prison ?) et gérer un ministère...

  • Pierre Véronneau - Inscrite 28 septembre 2007 09 h 36

    Il y a de ces lâches couards et fourbes...

    qui, sous le douceureux paravent de l'anonymité jacqtent des mesonges, des demi véritées, des dogmes, des sophismes et arguties, crachent leur fiel et venin au quotidien.

    Ces anomalies du clavier ne montrent jamais leur hideux visages et jamais au grand jamais n'accepteraient de discuter face à face ou à visage découvert. Ils sont trop lâches.
    Ces pisse-vinaigres notoires sont généralement de grand(es) frustrés(es) qui ne peuvent débattre sans cogner, démolir, insulter et médire sur les gens qui ne partagent pas leur euh ( opinions ?)
    Prurites sqammeuses et impétigineuses des blogs, de derrière leur écrans tentent et sans doute parfois réussissent à berner, endoctriner et désinformer, les simples d'esprits et les fans des radio poubelle.

    Pierre Véronneau
    Montréal