Charge contre Castonguay

Québec — Tapi dans l'ombre, l'ex-sénateur et banquier Claude Castonguay concocte la «vente de feu» du réseau public de soins de santé au profit des entreprises commerciales, affirme la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.

À l'ouverture du conseil confédéral de la centrale syndicale, hier à Québec, Mme Carbonneau a livré une charge à fond de train contre l'ancien ministre libéral, qui préside un groupe de réflexion sur les moyens à prendre pour résoudre les problèmes de financement du réseau de la santé.

«Parler de Claude Castonguay comme du "père de la carte soleil", c'est un trompe-l'oeil pour tenter de faire oublier qu'il est l'homme de l'industrie de l'assurance privée, dont il est issu et qu'il a servie toute sa vie», a lancé la présidente de la CSN dans son allocution devant les quelques centaines de délégués réunis pour trois jours dans la capitale.

Redoutant comme la peste toute forme de privatisation des services publics, la CSN promet de monter aux barricades pour faire échec «aux conclusions écrites d'avance» du rapport Castonguay.

«Confier la direction du groupe de travail à M. Castonguay revient à faire entrer le loup dans la bergerie. Ses solutions sont connues depuis longtemps. Déjà, dans les années 70, Claude Castonguay prônait un système à deux vitesses», a fait valoir Mme Carbonneau.