David courtise les adéquistes

Alors que le PQ bat le rappel des troupes souverainistes, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, courtise le vote de contestation cantonné à l'ADQ. Lors d'un grand rassemblement de plus de 700 personnes, dans un théâtre Latulipe plein à craquer, Mme David a invité ses militants à détourner les contestataires du «mirage de l'ADQ».

«Les moutons noirs, les vrais contestataires, les audacieux qui vont vraiment changer la société québécoise, ils sont à Québec solidaire», a scandé Mme David, dans un discours où elle a ignoré complètement le Parti Québécois.

Mme David a noté que plusieurs Québécois qui «veulent eux aussi mettre fin à l'espèce de domination des élites politiques et économiques» se tournent vers le «mirage» de l'ADQ. Or, ce parti est fondé sur «la xénophobie», «le clivage ville-région», «le repli sur soi», «la division des générations», et celle «entre Québécois nés ici ou ailleurs», a-t-elle martelé.

Amir Khadir a eu l'illustration parfaite de cette confusion cette semaine, quand un policier lui a indiqué qu'il allait voter pour l'ADQ, mais qu'il pourrait éventuellement être tenté par QS. «Il y a une partie de la population qui loge son vote à l'ADQ non par conviction, mais par protestation, parce qu'ils ne nous connaissent pas, et surtout à cause du système électoral», a poursuivi M. Khadir.

Avec ce nouvel angle d'attaque, QS a mis de côté quelque peu la cible péquiste. «Convaincre les péquistes déçus, c'est un travail qui se fait depuis longtemps et qui continue de se faire. Mon discours s'adressait aux gens de toutes les régions, on sent que quelque chose est en train de changer», a expliqué Mme David, avant d'avoir pris connaissance du dernier sondage Léger-Marketing...

Le rassemblement d'hier n'avait rien à envier à ceux des grands partis: une salle à pleine capacité, une ambiance festive, des militants jeunes et moins jeunes, qui remplissaient à la sortie des fiches avec leurs disponibilités. Plusieurs artistes sont venus donner leur appui tels Tomas Jensen, Yves Lambert, France Castel, Richard Desjardins (qui avait envoyé un petit mot décapant à l'endroit du PQ).

La principale différence avec les grands partis? Les blagues de marxistes-léninistes et autres trotskistes qu'a lancées avec un plaisir évident le Zapartiste Christian Vanasse aux «gauchistes du Plateau» et d'ailleurs.
13 commentaires
  • roger montreal - Inscrit 16 mars 2007 07 h 07

    DIVISER POUR REIGNER

    OUI je suis d accord avec beaucoup de points de QUÉBEC SOLIDAIRE, mais les principes que vous défendez sont plus proche du PARTI QUÉBÉCOIS , avec les trois parti a égalités. Vous donnez le pouvoir soit aux libéraux ou L.A.D.Q. qui sont de droite et extrême droite. Tout le contraire que vous défendez, c est un recul pour le moment, vous ne croyez pas.
    Dans certain contés ou le P.Q. a des chances ,les gens devraient donner leur votes a ce parti qui est plus proche de vous , quatre ans de LIBÉRAL /conservateur/ ou A.D.Q.. ils vont nous faire reculer encore beaucoup plus. Avec une réforme électoral QUÉBEC SOLIDAIRE aux prochaine élection pourra mieux se positionner et avoir des députés élus.
    Le même constat est pour le PARTI VERT. Parce que nous voyons tous que c est HAPER conservateur de droite qui est derrière se mouvement de DUMONT ET CHAREST, pour tuer le mouvement souverainiste pour longtemps .UNIS POUR GAGNER
    /DIVISER POUR REIGNER/
    SON /HAPER/ ÉLECTION QUI VA SUIVRE A LA FIN DU PRINTEMPS
    ROGER DION rogerdion@hotmail.com

  • Ricardo Contreras - Inscrit 16 mars 2007 10 h 28

    Il est clair, voter par l'ADQ est voter par la Xénophobie

    Tout d'abord, le PQ il y a longtemps qui a abandonné les idées sociales-démocrates. Dans ce sens, le discours de Boisclair est clair, car pour lui, la création d'emploi passe directement par les entrepreneurs privés qui ont été très bien subventionnés (et enrichis) par son parti à l'époque de Lucien Bouchard et Bernard Landry. De plus, on peut bien se demander si le déficit « zéro », mis en place par le PQ, n'a pas contribué à augmenter la pauvreté. À cet égard, le PQ devrait avoir honte de réclamer les votes de la gauche souverainiste qui sont très bien placés dans QS. Bref, le PQ a bien embrassé les idées néolibérales alors il ne peut pas critiquer QS de faire autrement.

    Par ailleurs, il me semble, en tant qu'immigrant, que madame David a raison quand elle dit que QS est le seul parti à se battre pour une vraie intégration en proposant des mesures autres que celles dictées par le marché. Eh oui, ce n'est pas le parti de Dumont (le nouveau « Duplessis ») qui va se préoccuper des nouveaux arrivants (et des anciens), mais non plus le PQ et le PLQ qui conçoivent l'intégration seulement du côté du marché. À ce propos, le parti de Dumont nous a exposé toutes les « gaffes » de leurs candidats et de leurs supporteurs adéquistes. Ainsi, le député Arthur lance des propos haineux et homophobes envers les communautés et Boisclair respectivement. De plus, Jean-François Plante, nous montre « ses connaissances » au sujet de l'égalité homme femme, et en profite pour dire des propos misogynes. Puis, Christian Raymond s'adresse « gentiment » aux immigrants pour dire qu'ils vont envahir le Québec! Et ces candidats et supporteurs sont la pointe de l'iceberg, car il y a plusieurs des autres qui n'ont pas eu la chance pendant cette campagne de « prendre un microphone ».... Voilà pourquoi, les immigrants ne votent pas pour un parti « xénophobe » comme l'ADQ.

  • Caroline Proulx-Trottier - Abonnée 16 mars 2007 11 h 14

    Voter Québec Solidaire pour qu'une fois mon vote compte!

    Qu'il est facile de dénigrer Québec Solidaire en disant qu'il divisera le vote et qu'au fond ses objectifs ne sont pas très éloignés de ceux du PQ. Soyez lucides, votez Solidaire , je dis oui et encore oui ! pour une fois que mon vote sera comptabilisé oui encore. Et contrairement aux péquistes qui accuse QS de divider le vote, je dirais que même sans QS je ne voterais pas PQ! Nos objectifs ne sont pas les mêmes. Je ne me reconnas pas dans le PQ qui m'a floué comme tant d'autres Québécoises et Québécois. Pensez-vous vraiment que si le PQ avait répondu aux aspirations des militantes et militants de Québec Solidaire ceux-ci se seraient donné tout le travail et l,énergie qu'impliquent de mettre un partie au monde ? Allons ! Mesdames, messieura les Péquistes, descendez de votre nuage et demandez-vous pourquoi le virage à droite du PQ (et il date de longtemps déjà) a réussi à écoeurer de plus en plusd de monde, au point que l'Indépendance ne soit plus la véritable question à se poser, mais bien dans quelle sorte de pays vivrais-je ensuite ????

    Caroline Proulx-Trottier, citoyenne fatiguée de n'être pas représentée.

  • Christian Montmarquette - Abonné 16 mars 2007 11 h 15

    Une impossible promiscuité politique / Pour répondre à Sylve Brousseau

    Une impossible promiscuité politique / Pour répondre à Sylve Brousseau

    Je suis en complet désaccord avec les propos de Sylvie Brousseau. Il ne pas faut avoir suivi l'histoire de près pour affirmer que le PQ, Québec solidaire, et ces« Verts-bleus » sortis directement de l'ADQ ne sont pas loin l'un de l'autre.

    La rupture de la gauche avec le PQ remonte à plus de 10 ans et celle avec ces « Ponce Pilate » et Verts de droite à plus de 7ans de mûres réflexions et est désormais entièrement articulée.

    Les intérêts de gauche et de la droite sont des intérêts « irréconciliables ». Il faut être bien naïfs pour croire que le SPQ-Libre va réussir à tirer un bateau de droite comme le PQ à gauche.

    Laisser l'aide sociale à 500$ par mois désindexée durant 30 ans, couper les médicaments au plus pauvres de la société, laisser en place les « boubous macoutes » pour couper l'aide sociale à des mères monoparentales, donner 10 cennes d'augmentation au salaire minimum, foutre 15,000 infirmières à la porte du système de Santé : Voilà le bilan de droite du PQ.

    Désormais, et « beaucoup » sont d'accords comme le disait Daniel Pinard ce matin à la Radio, mis à part la souveraineté, il n'y a gère plus de différence entre le Parti libéral et le PQ.

    Avec l'ADQ qui se pointe à l'horizon, prétendant indûment incarner le renouveau, alors qu'on a jamais vu au Québec un tel retour en arrière, sans Québec solidaire, il n'y aurait « aucune » véritable alternative pour le Québec et aucune représentation des la couches les plus vulnérables et des personnes les plus précarisées de notre société et qui constituent pourtant plus de 20% de la population du Québec.

    Pour sauver notre environnement, remettre de l'ordre et consolider notre filet social, rétablir l'équilibre fiscal entre les grandes entreprises et les gens ordinaires et faire tous les liens nécessaire entre la souveraineté, la répartition de la richesse et la justice sociale, c'est d'une gauche souverainiste comme Québec solidaire dont le Québec a désespérément besoin.

    Et cela, en nationalisant notre l'hydro électricité, tout comme Québec solidaire veut la nationalisation de l'énergie éolienne et Pharma-Québec

    Même René Lévesque, l'avait compris.


    La réconciliation étant désormais « impossible » entre le PQ et Québec solidaire

    Il faudra désormais que l'unité des souverainistes se fassent sur le terrain électorale, où chacune de nos formations ou des candidats dits souverainistes déclarent formellement que :

    « Un vote en faveur d'un parti ou d'un candidat souverainiste = un vote pour la souveraineté » du Québec.

    Sinon, nous assisterons à la division perpétuelle du vote souverainiste et à lune éternelle mise en échec de l'indépendance du Québec par les souverainistes eux-mêmes.



    Christian Montmarquette
    Membre fondateur de Québec solidaire
    Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec


    Site personnel :
    http://christianmontmarquette.spaces.live.com/

    Ancien site électoral :
    http://www.geocities.com/chmontmarquette/ufplogo

    Quand les Verts nous donnent les bleus...
    http://www.cmaq.net/fr/node/26977

    Le Parti vert du Québec : Le « Ponce Pilate » de la politique
    http://pressegauche.org/spip.php?article550


    Autres parutions sur le sujet :

    Articles de référence sur la Question nationale :

    « Référendum : Strike 3 » ou réfléchir à la question nationale :

    http://www.pressegauche.org/spip.php?article454

    Référendum : Strike 3 / Deuxième manche !

    http://pressegauche.org/spip.php?article459

    http://www.cmaq.net/fr/node/26577

    Débats sur la Question nationale sur le site électora d'Amir Khadir :

    http://antigone.koumbit.org/qsmercier/articles.php

  • Julien Lussier - Inscrit 16 mars 2007 12 h 39

    La vraie lucidité

    Prenons une entreprise A, qui désire s'installer en Amérique du Nord.

    Prenons ensuite un Québec dirigé par un parti de gauche, ayant mis en place des mesures sociales certainement très louables et justes, financées par des impôts élevés, mais justes, mettant de l'avant des mesures environnementales sévères qui protègent avec raison l'environnement, imposant aux employeurs des mesures visant à protéger les employés, où les syndicats sont puissants, et le salaire minimum élevé. Une société fort enviable, honnêtement.

    Et bien notre chère entreprise A, intéressée non pas par la protection des classes moins favorisées de la société mais bien par sa seule rentabilité, va choisir naturellement de s'installer partout sauf au Québec, parce qu'en Amérique du Nord, il y aurait juste au Québec où les mesures plus sociales seraient aussi développées et donc plus coûteuses pour les entreprises. Et personne ne peut leur faire de reproche.

    Les entreprises sont le moteur de l'économie, qui elle finance tous les beaux projets de QS. Si le PQ fait un virage à droite, c'est qu'il a compris qu'un moteur en panne, ça va pas très loin, et qu'en Amérique du Nord, malheureusement, la bien petite société québécoise ne fait pas le poids contre ses voisins, et qu'elle doit donc emboîter le pas si elle ne veut pas disparapitre tout d'un coup.