Un premier parti présente plus de femmes que d'hommes

Pour la première fois au Canada, voire en Amérique du Nord, une formation politique présentera une majorité de femmes parmi ses candidats. Québec solidaire a en effet annoncé hier que 64 femmes porteront ses couleurs le 26 mars prochain, pour un total de 52 % des 123 candidats officiels.

La porte-parole de QS, l'ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec, Françoise David, n'était pas peu fière d'annoncer que sa formation avait relevé le défi de la parité. «C'est plus que ce qu'on espérait. Après vérification, nous sommes les premiers en Amérique du Nord à présenter une majorité de candidates», a-t-elle affirmé hier. Deux candidats restent à trouver dans les prochaines semaines.

Québec solidaire devance de beaucoup les trois principaux partis politiques. En queue de peloton, on trouve l'ADQ, avec seulement 25 candidates, soit

20 % du total des candidats. Le Parti québécois compte quant à lui 40 candidates (32 %). Le Parti libéral coiffe ses deux principaux adversaires avec 35 % de candidatures féminines, soit 44 de ses 125 candidats.

Françoise David reconnaît qu'il est plus difficile de recruter des candidates, même si son parti possède des assises dans le milieu communautaire, où les femmes sont fortement représentées. «Les hommes se proposent, alors qu'il faut aller chercher les femmes», explique Mme David.

Elle attribue cette hésitation à un manque de confiance en soi, à une certaine crainte à l'idée d'affronter les médias et à un malaise devant la joute politique sur le mode du combat de coq. «Une femme compétente ne se jugera pas assez compétente. Et pourtant, elle l'est», fait valoir Mme David.

Elle suggère aux différents partis de s'y prendre plus longtemps d'avance pour recruter des candidates, ces dernières étant plus enclines à se laisser «désirer».

À la dissolution de l'Assemblée nationale, on comptait seulement 32 % de femmes députées.

À voir en vidéo