Publicité électorale - La pancarte n'est pas désuète

Comme dans toute campagne électorale qui se respecte, les pancartes publicitaires ont fait leur apparition dans la nuit de mardi à mercredi, soit avant même le déclenchement des élections par le premier ministre Jean Charest.

Bien qu'il s'agisse là d'une des plus vieilles stratégies publicitaires encore utilisées en politique, elle a toujours sa raison d'être et n'est pas près de disparaître, selon Thierry Giasson, professeur adjoint en information et communication à l'Université Laval et expert des questions de publicité politique.

«Ces petites pancartes-là contiennent énormément d'informations, explique M. Giasson. C'est hyper bien étudié et testé avant que ça ne se retrouve sur un panneau. Je suis convaincu qu'en 2007, elles ont encore leur utilité. C'est le premier jalon de la stratégie de communication et ce n'est pas pour rien qu'elles apparaissent très tôt.»

Elles servent notamment à saturer le paysage visuel et à donner une présence tangible aux partis, leur permettant de marteler leur slogan.

«Évidemment, je ne pense pas que la pancarte comme telle vienne changer une attitude. Je ne pense pas non plus que ce soit son but. Elle sert beaucoup à renforcer des convictions», dit M. Giasson.

Il rappelle que le nerf de la guerre publicitaire pour gagner des votes se trouve plutôt du côté de la radio et de la télévision, qui absorbent la part du lion des budgets de publicité des organisations.

À voir en vidéo