Le PQ veut convaincre les jeunes d'aller voter

Laval — Le Parti québécois croit avoir un bon argument pour inciter les jeunes à aller voter: le dégel des droits de scolarité que veut imposer un futur gouvernement libéral.

«Faites-vous plaisir. Allez voter et dites à M. Charest: ton idée, on n'en veut pas», a lancé Bernard Drainville, l'ex-journaliste de Radio-Canada et candidat péquiste dans Marie-Victorin, à une assemblée d'une centaine d'étudiants du Cégep Montmorency. «Il y a trois étudiants sur quatre qui ne votent pas aux élections. Et savez-vous quoi? Ça va faire vraiment l'affaire de M. Charest.»

Camil Bouchard, député de Vachon et critique en matière d'éducation, Pierre Curzi, candidat dans Borduas, et Guy Lachapelle, professeur d'université qui se présente dans Fabre, se sont aussi adressés à ces cégépiens pour leur réitérer l'engagement du PQ de maintenir le gel des droits de scolarité et de s'opposer à cette «taxe sur la matière grise» que veulent imposer les libéraux, selon les termes employés par M. Bouchard.

Au cours d'un point de presse, Camil Bouchard a reconnu qu'un débat doit avoir lieu sur le financement et le développement des universités et des cégeps. Les étudiants doivent être associés à cette «conversation», selon lui. «Ce n'est pas un débat sur les droits de scolarité. C'est un faux débat», juge-t-il. M. Bouchard estime qu'il y a une forme d'hypocrisie dans le fait que le gouvernement Charest ait maintenu le gel des droits de scolarité depuis 2003 alors que les frais afférents se sont accrus de 200 $ pour les étudiants sur une base annuelle et que les frais de subsistance couverts par le régime des prêts et bourses n'aient pas été indexés. Il faut «une entente sur les frais afférents», a-t-il dit.

À voir en vidéo