Parti québécois - Marc Laviolette sera candidat dans Soulanges

Marc Laviolette
Photo: Jacques Nadeau Marc Laviolette

L'ancien président de la CSN Marc Laviolette, connu pour son franc-parler, sera candidat du Parti québécois dans Soulanges, à l'ouest de l'île de Montréal.

M. Laviolette, également président du club politique SPQ libre, au sein du PQ, est un de ceux qui ont récemment critiqué le leadership du chef péquiste André Boisclair.

M. Laviolette était le seul à avoir remis son bulletin de mise en candidature à minuit jeudi soir, confirmait-on hier midi au Parti québécois.

L'assemblée d'investiture dans Soulanges aura lieu dimanche. C'est alors qu'il devrait être confirmé comme candidat.

«Je n'ai pas de problème avec André Boisclair», a confié M. Laviolette lors d'un entretien hier. Il ne lui avait pas encore parlé au moment de cet entretien. «Je m'attends à avoir de bonnes relations avec M. Boisclair.»

«On avait des critiques à faire au chef et ç'a été fait. Il s'est adapté», conclut M. Laviolette de cet épisode. Il se dit maintenant rassuré.

Il est un de ceux qui avaient pris la parole publiquement pour dénoncer les déclarations de M. Boisclair à l'époque où celui-ci avait déploré le copinage entre le PQ et les centrales syndicales. M. Boisclair a adouci le ton depuis lors et s'est affairé à se rapprocher des organisations syndicales.

Au Parti québécois, «au national, ça n'a pas retroussé, personne ne m'a dit qu'il n'était pas content de ma candidature», a rapporté M. Laviolette.

«Ça démontre que la coalition du Parti québécois est toujours aussi large, du centre gauche et toutes les couleurs qui y passent», a-t-il opiné.

M. Laviolette, issu du milieu syndical, avoue sans ambages son franc-parler. «C'est exact, et ça, ça ne changera pas», a-t-il prévenu.

Il se voit déjà comme un député qui n'oubliera jamais ses racines populaires et syndicales. «Toute ma vie, j'ai représenté et défendu des dossiers et du monde ordinaire. C'est ce que je vais continuer à faire. Soulanges, c'est un comté qui est rural mais qui a aussi beaucoup de jeunes familles ouvrières. Et je vais continuer à défendre leur point de vue à l'Assemblée nationale. Je vais être aussi une voix syndicale à l'Assemblée nationale. C'est comme ça que j'envisage de jouer mon rôle.»

Il juge cette circonscription, située à l'ouest de l'île de Montréal, «tout à fait gagnable, parfaitement gagnable» pour le Parti québécois. Elle est actuellement représentée par la libérale Lucie Charlebois, qui l'avait remportée avec une majorité de 4720 voix au scrutin général de 2003.

À voir en vidéo