Accommodements: Charest en appelle à la raison

M. Charest a accusé Mario Dumont d’avoir soufflé sur les «braises de l’intolérance» et les médias de n’avoir pas utilisé dans son vrai sens l’expression «accommodement raisonnable»
Photo: Agence Reuters M. Charest a accusé Mario Dumont d’avoir soufflé sur les «braises de l’intolérance» et les médias de n’avoir pas utilisé dans son vrai sens l’expression «accommodement raisonnable»

Jugeant que le débat sur les accommodements raisonnables «s'enlise», «sert la division plus que la compréhension» et est exploité de façon vile par le chef adéquiste Mario Dumont, le premier ministre Jean Charest a choisi de faire un geste d'éclat hier afin de calmer le jeu et de reprendre l'initiative.

D'abord, il crée une commission spéciale d'étude sur les accommodements raisonnables qui sera confiée à deux intellectuels québécois de renom, bien au fait des questions d'identité et de religion: l'historien Gérard Bouchard, 63 ans (frère de l'ancien premier ministre Lucien Bouchard), professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi, et le philosophe Charles Taylor, 75 ans, professeur émérite à l'université McGill et spécialiste du multiculturalisme. En attendant les conclusions de l'enquête Bouchard-Taylor (dont la dénomination officielle est «Commission de consultation sur les pratiques d'accommodements reliées aux différences culturelles»), qui devrait terminer ses travaux en mars 2008, M. Charest a demandé à la Commission des droits de la personne de créer un service de type «1 800 accommodements» qui permettra «d'éclairer les décideurs dans leurs réflexions et dans leurs décisions».

Dans une déclaration solennelle, M. Charest a exprimé son inquiétude en ce qui a trait à la tournure de ce débat, auquel il souhaite redonner «des assises qui seront celles de la raison et des valeurs communes». M. Charest souhaite aussi régler cette question en dehors des «cadres partisans»; il a d'ailleurs confié l'enquête à un intellectuel souverainiste, Gérard Bouchard, et à un autre penseur, Charles Taylor, un catholique qui a été proche de Jean-Paul II et qui a déjà défendu les couleurs du NPD dans les années 60 à Montréal.

Au reste, M. Charest a accusé Mario Dumont d'avoir soufflé sur les «braises de l'intolérance» et les médias de n'avoir pas utilisé dans son vrai sens l'expression «accommodement raisonnable». «De quoi a-t-on parlé? On a parlé d'accommodements raisonnables pour présenter aux Québécois ce qui était tout le contraire», a-t-il soutenu. À ses yeux, les histoires qui ont fait les manchettes, notamment celle des vitres givrées du YMCA ou cette autre à propos d'une note qui indiquait à une policière qu'elle devait éviter de parler à un juif hassidique, «ce ne sont pas des accommodements raisonnables, ce sont des arrangements qui sont contraires aux valeurs de notre nation». «Quand on dit: "Voilà ce que sont les accommodements raisonnables", comment peut-on s'étonner qu'un sondage révèle que les Québécois soient contre?», a-t-il demandé en évoquant cette récente enquête d'opinion d'un quotidien qui concluait que 59 % des Québécois se disaient «racistes».

Jusqu'à maintenant, lorsque des questions étaient posées au premier ministre à ce sujet, celui-ci répondait toujours de manière «prudente» et tentait plutôt d'éviter le débat. A-t-il attendu trop longtemps avant d'agir? Au contraire, a soutenu M. Charest, son gouvernement a «précédé ce débat». À preuve, selon lui, la motion contre l'instauration de tribunaux islamiques au Québec et au Canada, adoptée de façon unanime à l'Assemblée nationale et proposée par la députée libérale d'origine musulmane Fatima Houda-Pepin. Il a aussi souligné que le ministre de l'Éducation, Jean-Marc Fournier, a annoncé — après que furent révélés plusieurs cas d'écoles religieuses clandestines — la mise sur pied d'un groupe de travail présidé par Bergman Fleury, de Soutien à l'inclusion de Centraide du Grand Montréal. Autrement dit, la commission d'étude Bouchard-Taylor s'ajoutera à plusieurs autres travaux menés sur ce sujet au cours des dernières années. En 2003 par exemple, le Comité sur les affaires religieuses du ministère de l'Éducation avait produit une importante étude sur le sujet, intitulée Rites et symboles religieux à l'école, défis éducatifs de la diversité (www.meq.gouv.qc.ca/affairesreligieuses).

Enfin!

Pour André Boisclair, qui demandait sans cesse, depuis quelque temps «où est le premier ministre sur la question des accommodements raisonnables?», il était temps que celui-ci «prenne ses responsabilités». La solution choisie in extremis par M. Charest a plu à M. Boisclair pour deux raisons. D'abord parce qu'elle correspond en partie à ce que le chef de l'opposition avait demandé vendredi dernier, soit «de recenser [...] les pratiques dans l'administration publique, et en particulier dans les sociétés d'État [...], de publier des directives». M. Boisclair avait aussi réclamé qu'on «crée un comité [pouvant] soutenir les gestionnaires dans leur travail, une espèce de comité d'éthique pour regarder ces questions». Hier, M. Boisclair se réjouissait de constater que la commission que M. Charest a choisi de mettre sur pied s'apparente à la proposition faite en début de semaine par l'ancien conseiller péquiste Louis Bernard.

Aux yeux de celui par qui le scandale a éclaté, Mario Dumont, l'annonce faite par M. Charest est «improvisée». Selon lui, le premier ministre «est trop faible pour défendre et affirmer l'identité du Québec», et quand «ça chauffe un peu, eh bien, on passe la patate chaude à une commission d'enquête». Il estime que M. Charest a été forcé par l'ADQ de modifier sa position: «M. Charest, dans le dossier des accommodements raisonnables, sa position initiale, c'était: "On a des comités formés, tout va très bien, madame la marquise." Alors, aujourd'hui, il recule là-dessus.» Au reste, selon M. Dumont, pour qu'une commission d'étude de ce type ait un véritable impact, elle doit s'accompagner d'une volonté politique, ce dont est dénué le gouvernement Charest, estime M. Dumont. Il a donné cet exemple: «La commission Parent sur l'éducation, à une époque, il y avait, dans le gouvernement Lesage de la Révolution tranquille, une volonté extrêmement ferme, extrêmement profonde, de moderniser l'éducation.» Du reste, pour M. Dumont, le geste du premier ministre n'aura pas pour effet d'empêcher que le débat qui l'a bien servi se poursuive au cours de la prochaine campagne électorale. M. Dumont a aussi précisé qu'il connaissait la véritable définition de la notion juridique d'accommodement raisonnable et qu'il savait que les cas du YMCA et de la SAAQ n'en étaient pas: «Ça n'empêche pas qu'on peut débattre, comme citoyen», a-t-il répondu, soutenant que le cas du YMCA, par exemple, relevait de «l'espace public».

Bouchard et Taylor

Quant aux commissaires Bouchard et Taylor, ils publieront bientôt des travaux qui les ont préparés à répondre à la commande du premier ministre. Après une longue enquête, M. Bouchard publiera sous peu avec Alain Roy un essai intitulé La culture québécoise est-elle en crise? aux Éditions du Boréal. Quant à Charles Taylor, il fera paraître à l'automne 2007 A Secular Age (Harvard University Press), une étude sur la sécularisation des sociétés modernes.

Le Devoir

Avec la collaboration de Clairandrée Cauchy
16 commentaires
  • Zach Gebello - Inscrit 9 février 2007 00 h 48

    Pitoyable

    Le péquiste Bernard rédige le programme et le PLQ l'applique.

    Deux sociologues-historiens de l'école humaniste, mondialiste, relativiste, anti-nationaliste, vont s'éterniser à couper les cheveux des accommodements en quatre pour éviter aux deux partis d'avoir à jongler en pleine campagne avec l'essentiel (loi sur le multiculturalisme) , et ce pendant au moins un an, pour nous faire oublier d'ici là pourquoi la nation s'était soulevée. Et notre journaliste du Devoir profite de l'occasion pour "pluguer" les nouveaux torchons de ces deux dinosaures de la Révolution très Tranquille.

    Bon bein, c'est le temps pour donner le tour à Dumont.

  • Roger Demers - Inscrit 9 février 2007 07 h 39

    Geste d'éclat!

    Ça en prend pas gros pour vous épater, passer la patate chaude en comité qui rendra un rapport dans un an!
    Du vrai pelletage par en avant...
    Déprimant! vraiment.

    RD

  • ethan solal - Inscrit 9 février 2007 07 h 42

    Manipulation des masses - merci le Devoir...

    Je constate une nouvelle fois que Le Devoir applique sagement et gentiment l'adage "deux poids, deux mesures".

    Sur la photographie qui illustre votre article, vous montrez ce que j'interprète comme étant une femme musulmane, dans un habit qu'elle porte LE JOUR et pour sa vie quotidienne. Par contre, en face, vous placez un homme dont je devine qu'il est juif -- MAIS DANS UNE TENUE ET UNE POSTURE DE PRIÈRE, et ici si je suis perspicace (puisqu'il a noué à sa main ses phylactères et son livre de prière en main), la prière du matin.

    1 - vous essayez de berner qui au juste?
    2 - cessez d'être obsedés avec cette histoire d'accommodement raisonnable.
    3 - retournez réviser votre cours de droit constitutionnel pour savoir ce qu'est un accommodement raisonnable.
    4 - je pensais, idiot que je suis, que les décisions de la Cour suprême devait s'appliquer AUSSI au Québec.
    5 - je déplore que trois siècles de catéchisme forcené laisse des traces génétiques même sur les meilleurs journalistes du Devoir.

    A bon entendeur, et bonjour chez vous les "purs laines".

    Un "ethnique".

  • jacques noel - Inscrit 9 février 2007 08 h 21

    Est-ce que le Québec a besoin d'immigrants?

    Comment une société qui compte 350,000 chômeurs dont 70,000 immigrants, et 375,000 assistés sociaux, dont 70,000 immigrants, pour à peine 70,000 emplois disponibles, peut avoir besoin de 48,000 immigrants en 2006, quatre fois plus per capita que les USA? Voilà le grand mystère?



    PARCE QU'ON NE FAIT PLUS D'ENFANTS?
    En 2006, 150 enfants ont vu le jour pour chaque 100 Québécois qui nous quittaient. La France, dont on vante tant les programmes de natalité, a un ratio de 131. Elle fait plus d'enfants que le Québec certes mais a beaucoup plus de morts, ce qui donne un ratio plus bas. La Suisse a un ratio de 114, l'Espagne 103. En Suède, pays comparable au Québec sous bien des aspects, on est dans le rouge avec 99 naissances pour 100 décès, tout comme en Autriche 89 , Italie 83 et en Allemagne 77. En Russie, seulement 68 enfants ont vu le jour pour chaque 100 décès. La Russie se meurt, pas le Québec.


    PARCE QU'ON EST DEVENU UNE SOCIÉTÉ DE TI-VIEUX?

    Le Québec compte seulement 14% de personnes âgées de 65 ans et plus (1 075 346/ 7 651 531). La France est à 16,4%, la Belgique et la Suède 17,4%, l'Espagne 17,7%, la Grèce 19%, l'Allemagne 19,4%, l'Italie 19,7 % et le Japon (2e puissance économique de la planète ) à 20%. Au top, y'a le pauvre Monaco à 22,4% . Un pays de misère qui sombre dans l'enfer du jeu...
    A l'autre bout de l'échelle, l'Afghanistan a 2,4% de personnes âgées, le Bénin 2,3%, le Niger à 2,1% . Tous des îlots de prospérité...


    PARCE QUE LES IMMIGRANTS RAJEUNISSENT LE QUÉBEC?

    C'est sans doute le plus gros mensonge. Non seulement les immigrants ne rajeunissent pas le Québec, mais ils le vieillissent. Au recensement de 2001, le Québec comptait 7,125,580 hab. dont 878,065 personnes âgées de 65 ans et plus; 124,355 étaient des immigrants, soit 14,1%!

    Alors que les immigrants ne faisaient que 9,9% de la population, ils représentaient 14,1 % de tous les vieux au Québec! Un surplus de 40%, 37,000 vieux de trop (124,000 au lieu de 87,000)!. A plus de 6000$ la carte soleil, c'est une facture de 300 millions par année! Un CHUM payé cash aux trois ans!!

    On trouve même 2,715 Africains de plus de 75 ans! C'est encore plus fou au Canada où, en 2001, les immigrants âgés étaient rendus à 1 028 280, soit 28,3% de tous les vieux! Il y a maintenant plus -beaucoup plus en fait- d'immigrants âgés au Canada que de Canadiens français âgés. Pourtant c'est bien nous la nation en péril!



    PARCE QU'ON N'A PAS ASSEZ D'IMMIGRANTS?
    Les immigrants font maintenant 12% de la population québécoise. C'est plus que les Etats-Unis d'Amérique qui sont à 11,7%! C'est plus que dans 38 États américains. Le Michigan et l'Utah n'ont que 6% d'immigrants, le New Hampshire et le Wisconsin en ont 5%, la Pennsylvanie et l'Oklahoma 4% , l'Ohio, l'Indiana, le Vermont et le Maine 3%, le Wyoming 2%


    PARCE QUE LE QUÉBEC SE VIDE?
    En 2005, la population du Québec a augmenté de 52,000 personnes, soit de 0,07%. C'est l'une des plus fortes hausses du monde industrialisé. C'est deux fois mieux que la France (0,035%) qui a la meilleure croissance démographique en Europe. Au Royaume-Uni la population a crû de 0,028% et en Espagne 0,013%. En Allemagne, la population a commencé à décroître (-0,02%), en Russie c'est la débandade (-0,37%) et en Bulgarie la catastrophe (-,86%). Au Québec, on est à des années lumiere de ça.

  • Claude Stordeur - Inscrit 9 février 2007 08 h 23

    Une autre commission paravent

    Quand ce ne sont pas les tribunaux qui doivent remplacer les libéraux parce qu'ils veulent pas déplaire à leur clientèle de base que sont les ouestants de Montréal multi-ethnique anglophone (interprétation de la loi 101), ils créent, pour divertir le petit peuple une commission d'enquête qui durera un an, le temps de noyer le poisson.
    Mais je pense que cette question brulante, posée par des gens qui attendent des réponses immédiates hantera Charest durant toute la durée de la campagne.
    On a oublier au gouvernement que ces petits villages, qui ne représentent pas chacun une masse de vote libéraux sont une fois réuni pour la même question, une force de frappe difficile a éviter.
    Depuis trop longtemps les libéraux ont abandonné les régions pour tout donner à leurs partisans des grandes villes.
    Je comprend très bien les inquietudes de ces gens qui vivent terre à terre devant ces accomodements qui ont commencés, il faut se le rappeler, par la permission aux Sic de porter leur turban au lieu du chapeau de la GRC, la cour suprême a commencer à mélanger les religions avec le civil en interprétant de façon très ouverte la charte des droits et libertés qui est devenu le flambeaux des revendications d'accommodements déraisonnables.
    Si on avait mieux informé les gens sur l'incidence de ces accommodements, le pourcentage qui par exemple donne qu'on a plus de chance de se faire écraser par un train que de rencontrer un kirpan dans une école de rang.. on aurait déjà bien désamorcé la question. Mais cette clientèle d'étranger est une des bases des votes libéraux. En Ontario par exemple, je me demande pourquoi ce sont pas les chefs religieux juifs qui ont donnés la permission à leur ouailles de voter le jour du vote officielle plutôt que de changer la date des élections fixe....Question de pourcentage....