Accommodements raisonnables - Hérouxville n'est pas la solution, dit Dumont

La multiplication de réglementations municipales inspirées de celle du village de Hérouxville n'est pas une solution aux dérives des accommodements raisonnables, estime Mario Dumont qui réitère sa proposition d'une constitution du Québec pouvant mettre «une épine dorsale aux valeurs communes».

Dans un discours à saveur électorale prononcé hier soir dans la circonscription de Vimont, à Laval, le chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ) est revenu à la charge sur cette question délicate des accommodements raisonnables, plaidant en faveur d'une vision unificatrice. Et tant pis si Jean Charest et André Boisclair ne veulent plus en parler.

Devant une centaine de militants qui participaient à l'assemblée d'investiture du candidat adéquiste dans Vimont, François Gaudreault, Mario Dumont a soutenu que les Québécois sont toutefois choqués par la fuite de MM. Charest et Boisclair. «Ce qui divise, c'est quand les gens voient l'intolérable et que l'intolérable a été toléré à l'intérieur de nos services publics. C'est ça qui fait réagir les gens», a-t-il fait valoir.

Mario Dumont a affirmé que le problème ne peut être réglé à la pièce par les conseils municipaux à travers la province. Cette façon de faire n'est pas un «facteur d'intégration et d'harmonie». Il dit toutefois comprendre l'implication des municipalités «qui réagissent au vide».

Le chef adéquiste a vertement critiqué ses adversaires avec un ton acide, propre aux campagnes électorales. «Jean Charest dans ce dossier, c'est leadership zéro», a-t-il lancé, soulignant qu'il fallait avoir le courage de proposer une vision et de défendre l'identité du Québec.

Puis, avec un haussement d'épaules, il a pointé André Boisclair, disant ne pas savoir s'il fallait en rire ou en pleurer compte tenu des nombreux changements de stratégie du chef du Parti québécois sur la question. Un jour, André Boisclair dit ne pas vouloir parler des accommodements raisonnables, a mentionné Mario Dumont. Puis, il propose de rouvrir la Charte des droits et libertés. Par la suite, il suggère de décrocher le crucifix de l'enceinte de l'Assemblée nationale avant de faire volte-face et de, finalement, proposer la tenue d'un forum des sous-ministres sur la question, s'est moqué Mario Dumont. «Il est comme Sol de l'émission pour enfants Sol et Gobelet, avec son grand manteau d'où il sort n'importe quoi», a rappelé M. Dumont.

La solution de l'ADQ consiste à donner une constitution propre au Québec. Cette constitution serait au Québec ce qu'a été la loi 101 pour le visage français de la société, soit un point d'ancrage pour réaffirmer des valeurs communes à tous les Québécois, a dit M. Dumont.

Quant à la proposition faite hier par le militant péquiste Louis Bernard, un conseiller de plusieurs anciens premiers ministres dont René Lévesque et Robert Bourassa, de mettre en place une commission d'enquête sur les accommodements raisonnables, le chef de l'ADQ s'est montré sceptique. «Il faut faire preuve de mesure. Mais une commission d'enquête, ça ne sert à rien si deux des trois chefs restent assis sur leurs mains», a-t-il indiqué aux journalistes.
11 commentaires
  • Francine Laurier - Inscrite 7 février 2007 04 h 11

    Accommodements raisonnables et discours de Mario Dumont

    J'approuve en grande partie le discours de Mario Dumont. La multiplication de normes de vie dans les municipalités du Québec pourrait être un bel exercice démocratique sauf qu'elle ne pourrait nous amener à un résultat ayant force de loi.
    Dans une société de droit, le gouvernement doit légiférer selon la volonté des citoyens. La prochaine campagne électorale permettra à tous les candidats de se positionner face au problème des accommodements raisonnables. Nous devrons alors choisir le candidat qui aura la meilleure solution à nous proposer. Jusqu'à maintenant, seul Mario Dumont a eu le courage d'apporter une critique et de proposer une solution, et ce, depuis novembre dernier, bien avant les sondages sur le racisme et le code de vie d'Hérouxville. Mario Dumont serait-il plus près des inquiétudes des québécois et plus à l'écoute de leurs revendications?

    Il n'a pas la langue de bois de Jean Charest ou d'André Boisclair. Il a fallu la publication des normes de vie d'Hérouxville et la réaction spontanée du public pour qu'ils commentent tous les accommodements déraisonnables des derniers mois. Ils se cachent constamment derrière la Charte des Droits, canadienne ou québécoise.

    La proposition de Louis Bernard m'apparaît être une solution qui permettrait au parti libéral ou au parti québécois de balayer le problème sous le tapis. Combien de conclusions de commissions d'enquête sont acheminées sur des tablettes? Qui nous dit que le parti libéral ou le parti québécois serait prêt à mettre en application les conclusions du rapport? Ils ont tellement peur de se mouiller de crainte de perdre des votes.

    Je crois que le temps est venu pour chaque parti d'élaborer concrètement les actions à entreprendre. Résoudre le problème des accommodements raisonnables est essentiel pour l'avenir de notre société. Nous devons faire respecter nos valeurs et cesser de tolérer les intolérants qui veulent dicter notre conduite.

  • Pierre-Yves Pau - Inscrit 7 février 2007 07 h 01

    Du kilométrage sur un petit sujet

    Intéressant de voir comment le chef de l'ADQ réussi à additionner du kilométrage sur un sujet, somme toute, relativement futile par rapport au défis économiques, fiscaux, démographiques qui confrontent la société québécoise en 2007. Passer des accommodements raisonnables à ce projet de constitution autour duquel les péquistes dansent des claquettes depuis des années, c'est assez fort quand-même. Mais sur des sujets comme la fiscalité, l'investissement, l'éducation, la santé, on attend encore Mario Dumont. Jusqu'à quand pourra t'il étirer une sauce qui commence à goûter l'eau de chololo? Il serait peut-être temps de transformer son essai.

  • jacques noel - Inscrit 7 février 2007 07 h 12

    Un demi-million de Musulmans à Montréal avant 2027

    L"ennemi héréditaire" ayant toujours été l'Anglais (avec minuscule aussi), on s'est dit: on va aller chercher des immigrants francophones, y'en aura pas de problème! Comme si les musulmans ne parlaient pas français en France, anglais en GB, allemand en Allemagne.

    Y vont nous aimer eux autres! Pis y vont respecter la Loi 101!

    Moins de 10 ans après leur arrivée massive, c'est déjà la chicane. La ville des 100 clochers compte maintenant plus de mosquées (69) que d'églises catholiques ouvertes. Le jambon est interdit dans les garderies et le voile pullule en ville. Y'a même des burka, dernier chic à Cote-des-Neiges.

    Avez-vs idée de la vie ici dans 20 ans? Il rentre 15,000 mulsulmans par année et ils font plus d'enfants que nous. Un demi-million de musulmans à Montréal bien avant 2027.

  • jean claude pomerleau - Inscrit 7 février 2007 07 h 20

    M. Dumont score des points avec sa Constitution du Québec.

    C est pas pour rien que la brigade des éditorialistes et colomnistes et bloguistes fédéraliste de la grosse Presse à Gesca et la SRC tape sur M Dumont (le démagogue selon eux; mais Charest n en est pas un lui), c est qu il score des précieux points au détriment M Charest, particulièrement dans les régions. Et pourquoi, c est qu il est le seul à proposer une solution concrète au problëme des AR: Une Constitution du Québec,mais à l intérieur de la Constitution Canadienne, sujette à sa Charte des droits, sans l utilisation de la clause non obstant; reste à savoir si c est praticable. Le PQ nous offre en fait la seul solution réalisable: une Constitution d un pays souverain avec un code de la citoyenneté et une charte de la laïcité (Dieu et ma Reine disparaisse du portrait). À nous de choisir qui nous somme. En attendant M Dumont score des points contre un Charest interpellé et médusé par cette question: Qui sommes nous.

  • Carl Charest - Inscrit 7 février 2007 09 h 48

    Constitution inutile

    Une constitution québécoise serait de peu d'utilité Elle ne ferait que mettre en un tout des lois déjà existantes, car en effet, celle-ci serait obligée de respecter en tout les points celle du Canada, ainsi que la Charte des droits et libertés canadienne, étant supérieurs en tout points à une tentative québécoise.