Les négociations se poursuivent - L'État assure qu'il remboursera les assurances des médecins spécialistes

La Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) a envoyé mardi une lettre aux médecins spécialistes du Québec confirmant qu'elle sera prête à traiter toutes les demandes de règlement concernant l'assurance responsabilité des spécialistes dans les délais prévus. Parallèlement, les discussions se sont poursuivies entre Québec et les médecins hier.

Le Conseil des services essentiels avait demandé à Québec de s'assurer que les remboursements des primes d'assurance responsabilité soient bien effectués afin d'empêcher des arrêts de travail sous prétexte que les primes étaient devenues trop chères. Dans la lettre obtenue par Le Devoir, la RAMQ indique que la contribution du médecin sera la même que l'an dernier. C'est Québec qui assure les augmentations et une bonne partie du montant global.

La RAMQ demande simplement aux médecins de remplir le formulaire habituel et certifie que les demandes seront traitées dans les délais prévus. «Si au 1er janvier 2007 vous avez renouvelé votre adhésion auprès de votre assureur [...], la Régie vous remboursera la quote-part qui vous est due.»

Les spécialistes qui travaillent dans des domaines où il y a peu de poursuites devront payer 400 $ pour leur prime, alors que Québec assumera la balance d'un montant qui varie entre 2350 $ et 2825 $. Une autre catégorie comprend les dermatologues et radio-oncologue: la prime totale de ceux-ci est de 3047 $, pour laquelle la RAMQ demande une contribution de 900 $.

Les montants augmentent ensuite régulièrement (5428 $ pour les neurologues — qui paieront 1050 $ —, 13 500 $ pour les chirurgiens... ), jusqu'à atteindre 35 000 $ pour les obstétriciens. Ceux-ci devront verser une contribution de 4900 $.

La question des assurances était devenue partie prenante des discussions actuelles entre Québec et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), puisque certains membres de la fédération ont indiqué qu'ils cesseraient de pratiquer à compter de janvier si Québec ne payait pas leur prime. Le gouvernement avait alors répliqué en offrant de renouveler les contrats selon les termes habituels (comme cela se fait depuis 20 ans), mais la FMSQ avait incité ses membres à ne rien signer sans règlement global avec Québec sur l'ensemble de la négociation.

Hier, les discussions se poursuivaient intensivement entre le gouvernement et la FMSQ, pour la deuxième journée d'affilée. Jeudi, les deux parties ont discuté jusqu'en début de soirée. Les discussions se sont poursuivies toute la journée d'hier, et on indiquait des deux côtés qu'elles reprendront lundi. L'objectif est toujours de s'entendre sur un véritable retour à la table de négociation, qui passera pas l'abrogation de la loi spéciale 37.