Le promoteur est un «bon libéral»

Le propriétaire d'Attractions hippiques, Paul J. Massicotte, est un proche de l'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien.

À la fin des années 80, M. Massicotte, associé à l'important promoteur immobilier Alexis Nihon, a retenu les services de M. Chrétien alors que celui-ci s'était retiré temporairement de la politique. «Pendant deux ans, il m'a aidé dans des dossiers de zonage, entre autres. C'est un gars qui ouvrait bien des portes», explique M. Massicotte.

Devenu chef du Parti libéral du Canada, Jean Chrétien a sollicité l'appui de M. Massicotte, qui a travaillé dans son équipe d'organisation électorale en vue du scrutin de 1993. Puis, il est devenu collecteur de fonds pour le PLC.

«Je suis un bon libéral. Mes principes en affaires sont à droite, mais je suis très à gauche pour ce qui est des programmes sociaux», explique M. Massicotte. S'il a participé au récent congrès du PLC, il s'est abstenu de donner publiquement son appui à un des candidats dans la course à la direction.

En 2003, Jean Chrétien a nommé son ami au Sénat. Le sénateur Massicotte dit prendre ses fonctions très au sérieux. Il est à Ottawa trois jours par semaine. «C'est plus exigeant que je ne l'aurais cru», précise-t-il.

Son entreprise Attractions hippiques a obtenu le contrat de gestion des quatre hippodromes du Québec en août dernier. Il est prévu qu'il y investisse 100 millions dès la première année. Compte tenu de ses fonctions de sénateur, M. Massicotte n'assure pas la direction quotidienne de l'entreprise. Il doit annoncer sous peu la nomination de son bras droit.

Le sénateur Massicotte est originaire du Manitoba mais représente le Québec (division sénatoriale de Lanaudière) au Sénat. C'est avant tout comme homme d'affaires que M. Massicotte est connu. Diplômé en administration, il a commencé sa carrière chez Coopers & Lybrand. Il a par la suite occupé des postes de direction chez des promoteurs immobiliers dans l'Ouest canadien. En 1985, il s'est installé à Montréal et a rejoint le Groupe Alexis Nihon. Il a démissionné de ses fonctions le 6 décembre dernier.

M. Massicotte demeure actif auprès de divers organismes caritatifs. Il siège également au conseil d'administration du Conseil pour l'unité canadienne.