En bref - Le vérificateur général n'est pas le bienvenu

Québec — Le vérificateur général se voit interdire l'accès à la Caisse de dépôt et de placement ou à Hydro-Québec pour procéder à une vérification d'optimisation. Cette situation a été hier à l'Assemblée nationale par le député péquiste de Rousseau, François Legault, qui y voit «un manque de transparence du gouvernement Charest».

«Actuellement, il y a des différends importants entre la direction de la Caisse de dépôt et le vérificateur général. La Caisse de dépôt refuse de donner de l'information au Vérificateur général pour qu'il puisse faire sa vérification d'optimisation. Ç'est ce qui a amené le ministre des Finances à refuser de faire de la vérification d'optimisation à Hydro-Québec et ailleurs», a dit le député Legault. Le 2 novembre dernier, le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, se plaignait de la situation devant une commission parlementaire. «On ne me permet toujours pas d'effectuer une vérification de l'optimisation des ressources sans obtenir l'accord du conseil d'administration de certaines sociétés d'État comme, entre autres, la Société des alcools du Québec, Hydro-Québec, Loto-Québec, la Société générale de financement et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Dans le passé, l'obtention de l'accord du conseil d'administration a constitué une contrainte réelle à la possibilité pour le vérificateur général d'effectuer de telles vérifications dans ces sociétés d'État», disait le vérificateur Lachance.

À voir en vidéo