En bref - Gilles Grégoire est décédé

Québec — L'ancien député Gilles Grégoire, qui fut un des fondateurs du Parti québécois, est décédé mercredi à l'âge de 80 ans à l'hôpital Laval de Québec.

Né à Québec en 1926, il a rapidement pris goût à la politique en voyant son père J.-Ernest Grégoire oeuvrer comme maire de Québec de 1934 à 1938, puis comme député de Montmagny à l'Assemblée législative québécoise. Diplômé en droit, Gilles Grégoire a rapidement tâté de la politique. Avant de passer dans le giron nationaliste, il a oeuvré sur la scène fédérale en étant élu député de Lapointe sous la bannière du Crédit social en 1962. Il a été réélu en 1963 sous la même bannière avant de suivre son chef Réal Caouette au Ralliement créditiste et d'y oeuvrer comme leader parlementaire. Il démissionne du parti en 1966 pour fonder le Ralliement national, un parti nationaliste, dont il devient le chef. Deux ans plus tard, il s'allie à René Lévesque, alors chef du Mouvement souveraineté-association, pour fonder le Parti québécois, dont on lui doit d'ailleurs le nom. Il occupe la vice-présidence pendant quatre ans et est défait dans le comté de Jonquière en 1970. Il fait un retour comme député en 1976 en se faisant élire dans le comté de Frontenac. Après avoir été réélu dans Frontenac en 1981, il connaît une triste fin de carrière en étant impliqué dans un scandale sexuel avec de jeunes filles d'âge mineur. Il sera condamné à deux ans moins un jour de prison après avoir été reconnu coupable et purgera quelques mois de prison à Orsainville. Un service religieux est prévu demain à 14h en l'église Saint-Louis-de-France, à Sainte-Foy. L'inhumation aura lieu au cimetière Belmont.