Les maladies infectieuses dans les hôpitaux sont en baisse, dit Couillard

Québec — Le taux d'infection dans les hôpitaux par des maladies infectieuses a baissé de 60 % grâce au plan d'action mis en place, a révélé hier à l'Assemblée nationale le ministre de la Santé, Philippe Couillard.

«On saura jeudi [demain], lors de la communication du directeur de la Santé publique du Québec, que ce plan d'action a été couronné de succès. On apprendra que ce n'est pas uniquement de 40 % que le taux d'infection a baissé, mais de plus de 60 %», a déclaré le ministre Couillard à l'Assemblée nationale.

Il a ainsi volé la primeur que s'apprêtait à rendre publique demain le directeur de la Santé publique, le Dr Alain Poirier.

«Il y a lieu de s'en féliciter. Cela témoigne de la capacité du réseau de santé de réagir de façon aussi forte, aussi concertée et aussi efficace à une menace qui, rappelons-le, sera toujours parmi nous», a déclaré le ministre Couillard.

Ce dernier n'a cependant pas accédé à la demande de la députée péquiste d'Hochelaga-Maisonneuve, Louise Harel, qui réclamait que l'infection au Clostridium difficile (appelée C. difficile) soit inscrite sur la liste des maladies à déclaration obligatoire.

«Pourquoi refuse-t-il d'inscrire le C. difficile dans la liste des 79 infections à déclaration obligatoire? On y retrouve la rubéole, la rougeole, la coqueluche, les oreillons, les éclosions du SARM, y compris les éclosions d'entérocoque», a plaidé la députée Harel.

Pour le ministre Couillard, «il y a de très bonnes raisons à ne pas le faire actuellement, ce qui ne veut pas dire que ce n'est pas une option qui pourrait s'offrir éventuellement. Mais pour l'instant, le programme de surveillance est sur pied, et on voit qu'il fonctionne. On verra également [demain] que le plan d'action a fonctionné», a signalé le ministre.

Pour sa part, la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, a soutenu que neuf des 14 membres de l'équipe d'hygiène et de salubrité de l'hôpital Laval, dans le quartier Sainte-Foy, avaient été congédiés la semaine dernière, alors que l'importance des mesures d'hygiène n'est pourtant plus à faire.