Le Parti vert fera cavalier seul

Québec — Le chef du Parti vert du Québec, Scott McKay, rejette à tout jamais la possibilité d'une alliance avec Québec solidaire, convaincu que les verts ont beaucoup plus de potentiel que la nouvelle formation de gauche.

«Ils s'aperçoivent qu'ils se sont peinturés dans le coin, que leurs appuis n'augmentent pas, qu'ils n'ont pas réussi à atteindre leur objectif de croissance», a souligné Scott McKay, qui rencontrait les médias hier. «Le Parti vert du Québec a l'intention de ratisser beaucoup plus large. On ne va pas se peinturer dans un coin avec un petit parti de gauche.»

Répondant aux appels pressants des dirigeants de QS, le PVQ, lors de son assemblée générale de mai dernier à Beaumont, a rejeté par une forte majorité de ses membres une alliance avec QS. «Le Parti vert du Québec n'est pas un parti de gauche ou de droite, ce n'est pas un parti souverainiste ou fédéraliste. C'est un parti qui veut rassembler les gens de toute orientation sociale et politique», a dit M. McKay.

Aux élections d'avril 2003, le PVQ n'avait présenté que 37 candidats, mais M. McKay promet que sa formation politique dénichera des candidats pour les 125 circonscriptions lors des prochaines élections générales.

Le chef du PVQ a cité des sondages qui suggéreraient que 30 % des Québécois ont déjà envisagé de voter pour les verts. Le défi, c'est de transformer cette inclination en votes ou, de façon réaliste, a précisé M. McKay, de faire en sorte que les appuis en faveur des verts — de 9 ou 10 % dans les sondages — se matérialisent dans les urnes. Or M. McKay reconnaît que le PVQ n'a pas d'organisation digne de ce nom. Le parti ne connaît même pas le nombre de ses membres, ses listes, qui comptent des milliers de noms, n'ayant pas été révisées.

Aux prochaines élections, le PVQ s'intéressera de près aux comtés où une controverse de nature écologique a cours, comme à Lévis ou à Orford, qui pourraient devenir des terrains fertiles pour les verts. «M. Charest a eu la bonté de semer les graines qui feront en sorte que le Parti vert, dans certaines circonscriptions, pourra aller chercher des résultats importants», estime Scott McKay.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 23 septembre 2006 11 h 02

    Victoire aux Libéraux

    Jean Charest doit mourir de rire. À la suite du Parti Québécois, qui a refusé toute alliance avec Québec solidaire, le parti Vert traite ce dernier de petit parti de gauche. Vive le Québec soumis !