Mésentente entre le PQ et le PLQ sur le droit de parole de l'ADQ

Québec - C'est l'impasse entre libéraux et adéquistes à propos du droit de parole des cinq députés de l'Action démocratique du Québec lors de la période de questions à l'Assemblée nationale.

Lors d'une tenue réunion mardi soir à laquelle participaient la présidente de l'Assemblée nationale, Louise Harel, les deux leaders parlementaires et le député adéquiste François Corriveau, les libéraux ont refusé que les cinq députés de l'ADQ aient plus de poids lors de la période de questions, toutes proportions gardées, que les députés de l'opposition officielle. Détenant 51 des 56 sièges qu'occupe l'opposition, les libéraux étaient prêt à offrir 9 % des questions à l'ADQ, soit l'exact pourcentage de l'opposition que les élus adéquistes représentent.

La proposition libérale faisait passer à 18 le nombre de questions que l'ADQ aurait pu poser d'ici les Fêtes. Rappelons que Mme Harel, s'appuyant sur le règlement et les précédents, a statué la semaine dernière que l'ADQ aura droit à deux questions par cinq séances, soit 13 questions d'ici Noël.

Le leader parlementaire du gouvernement, André Boisclair, a proposé mardi soir que les députés adéquistes puissent poser deux questions par trois séances ainsi que trois questions par quatre séances lors de la session intensive, une proposition qui recevait l'aval de l'ADQ.