Les confidences de Dominique de Villepin - Amoureux du Québec... et d'une Québécoise

Les premiers ministres français et québécois, Dominique de Villepin et Jean Charest.
Photo: Les premiers ministres français et québécois, Dominique de Villepin et Jean Charest.

Paris — Remontant aux origines de son «profond attachement» pour le Québec, le premier ministre français Dominique de Villepin a révélé hier qu'il avait été amoureux d'une Québécoise dans ses jeunes années.

Le chef du gouvernement français a fait cet aveu dans la cour de l'Hôtel Matignon, aux côtés du premier ministre Jean Charest, qu'il venait de recevoir à déjeuner. La rencontre a largement porté sur les fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec, dans lesquelles le chef du gouvernement français voit une «formidable» occasion de rapprochement pour «la jeunesse de nos deux nations», rapprochement dont il a déjà fait personnellement l'expérience.

«Je n'étais pas très vieux, a-t-il raconté à un Jean Charest souriant. J'étais amoureux d'une Québécoise et je peux dire que les liens entre les jeunes Québécois et les jeunes Français, c'est important pour moi.» M. de Villepin n'a pas voulu donner de nom, comme son homologue québécois l'encourageait à le faire. «Je ne donnerai pas de nom, mais on était en classe ensemble, à New York en plus», a-t-il seulement précisé.

Dominique de Villepin, qui devait se rendre au Québec l'automne dernier dans le cadre des «visites alternées» des premiers ministres français et québécois, avait été contraint de reporter son voyage en raison des émeutes dans les banlieues françaises. Le chef du gouvernement français a assuré hier qu'il n'avait pas renoncé à se rendre au Québec «au cours des prochains mois». «Ce sera certainement ma prochaine destination», a-t-il ajouté, en précisant qu'il y avait d'abord «une petite Coupe du monde à régler. J'ai bon espoir qu'on puisse faire ça assez vite et qu'après on pourra trouver une date très rapidement.»

«On comprend très bien les contraintes que le premier ministre français a devant lui, a dit de son côté Jean Charest. Les échéanciers sont toujours très courts. À n'importe quel moment, on sera très heureux d'accueillir Dominique de Villepin.»

Depuis des mois, la cote de popularité de Dominique de Villepin chute. Elle est tombé à 17 %, un record historique. Le premier ministre québécois, qui connaît de son côté une embellie dans les sondages, s'est abstenu de lui donner des conseils. «Nous, notre crainte, c'est de monter trop vite dans les sondages. On va essayer de ralentir un petit peu», a plaisanté Jean Charest.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.