Orford: Mulcair contredit Charest

L'ex-ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Thomas Mulcair, a contredit hier le premier ministre Jean Charest et son propre successeur, Claude Béchard, en déclarant qu'il n'avait jamais demandé, dans le dossier d'Orford, qu'on prépare à l'intention du conseil des ministres un mémoire justifiant le recours à une loi spéciale pour détacher le mont du parc qui porte son nom afin de sauver, grâce à un projet immobilier, le centre de ski en perte de vitesse, voire en déficit chronique de neige.

Dans une entrevue au Devoir, l'ex-ministre a précisé qu'il n'avait jamais demandé aux services de son ministère de justifier dans un mémoire au cabinet le recours à une loi spéciale après avoir été convaincu par un avis juridique, qu'il avait demandé à un procureur externe, que l'approche traditionnelle des modifications des limites par décret pouvait s'avérer un cul-de-sac.

«J'ai même ordonné qu'on ne prépare aucun mémoire portant ma signature» au sujet de cette solution, a affirmé Thomas Mulcair.

Lors de leur annonce d'une loi spéciale pour sortir le mont Orford du parc national, le premier ministre Charest et le nouveau titulaire du MDDEP avaient déclaré que cette solution avait été préconisée et affinée par Thomas Mulcair dans les semaines qui ont précédé son départ du conseil des ministres.

L'ex-titulaire de l'Environnement a clairement laissé entendre qu'il ne voulait pas privatiser une partie du parc au profit d'un promoteur immobilier, tout comme il a réitéré sans ambiguïté son opposition au projet de port méthanier Rabaska en face de Québec. Ce projet est piloté par Gaz Métro, Enbridge et Gaz de France.

L'ex-ministre a rappelé que le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait demandé de respecter «l'intégrité» du parc national. Mais pour calmer le jeu, le BAPE avait recommandé au ministre de revoir le projet avec ses appuis sans menacer le parc pour autant.

Thomas Mulcair a précisé hier qu'une logique de développement durable commande non seulement de préserver l'intégrité d'un parc national et de ses écosystèmes mais aussi de tenir compte des voeux de la population.

L'ex-ministre a raconté qu'il avait mis le projet sur une voie de garage temporaire à la fois pour répondre aux voeux du BAPE mais aussi pour attendre le résultat du test démocratique entre tous, celui d'une élection dans la municipalité d'Orford, où les candidats s'opposaient précisément sur le sort du projet. Or, a expliqué Thomas Mulcair, le maire Pierre Rodier a remporté les élections haut la main: «Un message incontournable», a-t-il dit, dont le gouvernement doit prendre acte au lieu de tenter de vendre d'autorité une solution à la population.

«C'est un dossier qui a fait l'objet de discussions profondes», s'est-il contenté de répondre quand on lui a demandé si sa vision a pu lui coûter son poste de ministre. Mais il a ajouté ne pas voir «comment on pourrait légitimement faire primer des intérêts privés» dans un dossier où un patrimoine public de cette envergure était dans la balance. Il a même précisé avoir averti ses collègues du «tollé» que toute solution arbitraire pourrait déclencher, lui qui avait assisté aux premières loges au déferlement de la vague qui a emporté le Suroît.

Quand on lui a demandé pourquoi il s'opposait au projet Rabaska avant même que le BAPE ne l'ait étudié conformément à la loi — ce que les écologistes lui avaient d'ailleurs reproché dans le dossier de l'autoroute 25 —, Thomas Mulcair a répondu qu'il n'était pas honnête de laisser aller de l'avant un promoteur pendant des mois, de convoquer une audience publique et de laisser des centaines de citoyens se mobiliser alors que tout indiquait que le projet s'acheminait vers un rejet. Il a avoué que devant un tel choix, il préférait «ouvrir la porte à une franche discussion avec le promoteur».

Il a illustré sa pensée en rappelant qu'il n'avait pas encore accordé au projet Rabaska le certificat de conformité qu'émet le ministère à l'étude d'impacts quand les réponses du promoteur sont suffisamment claires et complètes pour justifier la tenue d'une audience publique. En somme, le projet ne lui paraissait même pas digne d'être envoyé en audiences.

Thomas Mulcair a précisé qu'après avoir visité différents sites de ports méthaniers en Nouvelle-Angleterre, y compris deux projets au Maine, il en était venu à la conclusion que le projet Rabaska était contraire aux impératifs de sécurité de la circulation maritime, commerciale et de plaisance à proximité de villes importantes comme Québec et Lévis. Il n'aurait pas hésité, a-t-il dit, à défendre son opposition à Rabaska, tout comme il a défendu la pertinence d'autres projets, comme le harnachement de la Magpie et la construction de l'autoroute 25, dont les écologistes vont contester ce matin le décret d'autorisation devant la Cour supérieure.

Thomas Mulcair a admis que «d'autres dossiers» ont pu lui attirer la grogne de certains collègues et du «bunker», notamment l'ordonnance de restauration d'un marais saccagé par un promoteur et par la Ville de Laval en août dernier.

Une réponse de Thomas Mulcair sur la volonté du gouvernement de favoriser la pénétration du gaz naturel au Québec, une priorité de la prochaine politique énergétique du Québec, laisse entendre que d'autres graves frictions s'annoncent. L'ancien ministre estime en effet que le gaz naturel doit remplacer le mazout pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du Québec, ce qui ne sera pas le cas, a-t-il dit, si l'explosion de ce marché favorise le remplacement de l'électricité. Rien n'autorise cependant à penser que Québec imposera des balises aussi fermes que celles qu'aurait voulues M. Mulcair, qui s'était donné comme défi de faire du Québec une des rares provinces capables d'atteindre les objectifs de Kyoto.

Par ailleurs, au cours d'un point de presse à Québec, l'actuel ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Claude Béchard, a dit croire que le jugement négatif que porte son prédécesseur sur le projet Rabaska est de l'ordre de «l'opinion personnelle».

À l'Assemblée nationale, la leader de l'opposition officielle, Louise Harel, a mis en doute la neutralité de M. Béchard à l'endroit de Rabaska. Mme Harel s'est demandé si l'appui public du nouveau ministre au projet de Gaz Métro faisait partie de ses conditions d'embauche. Elle a aussi rappelé que quelques heures après sa nomination à titre de titulaire du MDDEP, M. Béchard s'était déclaré favorable au projet de port méthanier à Lévis.

Claude Béchard a répété hier qu'il était favorable au projet mais que «toutes les règles et tous les processus seront suivis à la lettre». Si le gouvernement n'a pas de réponses satisfaisantes à ses questions, «il n'y aura pas de projet», a-t-il assuré. À l'Assemblée nationale, on lui a demandé pourquoi son souci de la loi l'amenait à contourner celle des parcs nationaux par une loi spéciale.

Pendant son point de presse, M. Béchard a dit qu'en matière de respect des lois environnementales, «on est intraitables. Il a beau y avoir des pétitions, il a beau y avoir des manifestations d'un côté ou de l'autre, les processus seront suivis». Le ministre a aussi indiqué qu'il ne sentait pas «d'intérêt tout particulier» pour le projet Rabaska de la part du chef de cabinet du premier ministre, Stéphane Bertrand, un ancien vice-président de Gaz Métro.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Guimont Rodrigue - Inscrit 31 mars 2006 07 h 49

    Un ex-ministre difficilement achetable

    Monsieur Thomas Mulcair s'améliore avec le temps, on en vient même à oublier ses frasques de ruelles avec Yves Duhaime. On peut lui reprocher bien des travers mais certainement pas celui d'être franc. Il faut le reconnaître, il n'a jamais été un ministre de service.

    Pas facilement achetable avec ça, difficilement complaisant, j'ajouterai même, au grand dam du premier ministre, qu'il a de plus en plus l'étoffe d'un chef.

  • Pierre Rodier - Inscrit 31 mars 2006 10 h 07

    Un homme d'honneur

    Monsieur Mulcair vous êtes un homme d'honneur.

    Votre courage interpelle toutes les femmes et les hommes qui font de la politique actuellement au Québec.

    Je n'ai jamais cru le premier ministre lorsqu'il affirmait que vous étiez en accord avec la vente du Mont Orford à des intérêts
    privés.

    Vous n'avez jamais dévié des propos que nous avons échangés cet hiver. Je vous en suis reconnaissant.

    Pour vous et pour moi l'intérêt public est prioritaire.

    Un homme (Jean Charest) qui vit par le mensonge périra par la vérité.

    Je suis fier d'avoir eu le privilège de discuter avec vous. Les québécois sont en deuil d'un ministre de l'environnement en qui ils avaient confiance.

    Le Mont Orford ne sera pas VENDU, le Mont Orford restera envers et contre Charest Béchard la propriété des citoyens du Québec.

    Pierre Rodier
    Maire d'Orford

  • yves Richer - Inscrit 31 mars 2006 10 h 30

    Merci M. Mulcair

    Il faut avoir un certain cran et ne pas avoir peur des conséquences pour son avenir politique au sein du parti libéral pour s'exprimer de manière si ouverte dans le dossier du parc Orford. Mais le gouvernement et les partis politiques doivent de manière impérative considérer l'environnement comme le filet de contrôle essentiel à travers lequel doivent passer obligatoirement tous les projets de développement économique sur le territoire québecois. La population du Québec est et sera de plus en plus soucieuse de la qualité de son environnement. Il y a un consensus social qui se dégage de plus en plus sur ce sujet. Les partis n'auront d'autres choix de le respecter sinon ils auront à répondre de leurs décisions lors des élections. Les enjeux environnementaux seront bientôt, j'en suis convaincu, au centre des préoccupations et des débats de notre société.

  • FARID KODSI - Inscrit 31 mars 2006 22 h 27

    Mulcair - bon candidat pour le Parti Vert

    J'aurai un petit conseil à donner à Mulcair, c'est de se joindre au Greenpeace ou au Parti Vert plutôt que de tenter de discréditer de façon aussi minable le gouvernement Charest parce qu'il a refusé de faire partie du Cabinet.

    Je pense qu'il n'a pas du tout l'étoffe d'un politicien mais plutôt d'un écologiste foncièrement idéologue dont les agissements pourraient bien cadrer avec ceux du mouvement Greenpeace.

  • Richard Vaillancourt - Inscrit 31 mars 2006 23 h 21

    Oui, l'étoffe d'un chef!

    Félicitations Monsieur Mulcair,
    Vous êtes fier, honnête, intelligent, vous avez une vision de ce qui est bon, de ce qu'il faut faire; vous êtes un homme fiable, dévoué à la société. Oui, vous avez tout ce qu'il faut pour faire un chef remarquable, distingué. Vite, une course à la chefferie! Je ne suis pas de votre parti, mais quel plaisir d'avoir des adversaires de valeur.
    Félicitations,
    Richard Vaillancourt
    de Courville,,,