Un Québécois sur cinq serait prêt à voter QS - Québec solidaire séduit

Un premier coup de sonde se veut très encourageant pour le nouveau parti de gauche Québec solidaire (QS). Si l'on se fie à la firme CROP, un Québécois sur cinq voterait «très probablement» ou «assez probablement» pour cette formation qui se veut de gauche, féministe, altermondialiste, écologiste et souverainiste. Ces données sont révélées dans la livraison du magazine L'Actualité qui arrive en kiosque aujourd'hui.

«J'ai deux réactions face à cette belle nouvelle», a expliqué au Devoir une des deux porte-parole de QS (le parti n'ayant pas de chef), Françoise David. «D'abord, ça confirme ce qu'on dit depuis longtemps: il y a un espace pour une voix de gauche au Québec.» Ensuite, Mme David dit rester prudente «parce qu'il y a loin du sondage à l'isoloir». Selon elle, c'est là un «bon départ» qui annonce toutefois un travail «gigantesque qui doit être fait avec rigueur» pour amener ces gens à bien vouloir passer du camp des électeurs «assez probable» (pour l'instant un noyau de 4 %) à celui du camp «très probable» (16 % à l'heure actuelle). Il faudra aussi, note-t-elle, trouver une façon de s'adresser à ceux qui se retrouvent dans la catégorie «peu probable», soit 25 % des répondants, et dans le noyau dur des anti-QS, les «pas du tout probable», soit 38 % d'entre eux.

À une autre question du même sondage, 46 % des Québécois ont répondu qu'ils considèrent la naissance de ce nouveau parti comme une «bonne nouvelle». Toutefois, 24 % affirment que c'en est une mauvaise. Parmi eux, on peut sans doute compter plusieurs souverainistes, au premier chef l'ancien premier ministre Jacques Parizeau, qui a déclaré la semaine dernière que la création d'un tel parti était un «échec» pour le mouvement souverainiste. Hier, dans un entretien au Devoir, l'ancien secrétaire général de la FTQ Fernand Daoust se disait pour sa part «attristé» par la création de QS. «Ne divisons pas nos forces avant de faire l'indépendance», a-t-il dit.

Il faut noter que le sondage a été réalisé du 19 au 29 janvier, soit avant le congrès de fondation du parti, le week-end dernier. Il n'avait donc pas alors de nom officiel. (Il n'a toujours pas de logo, les militants de QS présents n'étant pas arrivés à choisir parmi les propositions des dirigeants.) En tout, 1000 personnes de 18 ans et plus ont répondu au sondage de CROP et la marge d'erreur maximale est de 3 % en plus ou en moins, dans 19 cas sur 20.
***
Rectificatif du 14/02/2006
Dans l'article précédent, nous avons parlé du «camp des électeurs “assez probable” (pour l’instant un noyau de 4 %)» pour ensuite parler du camp des électeurs «“très probable” (16 % à l’heure actuelle)». Nous avons interverti par inadvertance les adverbes «très» et «assez». Il aurait fallu lire que la proportion du camp des électeurs «très probable» est de 4 %, tandis que celle du camp des électeurs «assez probable» est de 16 %.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 10 février 2006 11 h 40

    Québec solidaire séduit

    Le problème de la gauche est d'abord d'arriver à convaincre d'éventuels partisants de la possibilité de créer une société vraiment juste (pas celle de Trudeau) dans un contexte néolibéral de plus en oppressant et déshumanisant. Elle est dans la position de la fille ou du fils aîné qui a rejeté longtemps l'idée de vivre sa vie craignant une réaction dévastatrice de son très puissant père mais qui, n'écoutant que sa soif de liberté, décide de risquer le tout pour le tout. Mais il faut d'abord sa liberté, n'en déplaise à monsieur David.

  • Marie-France Legault - Inscrit 18 février 2006 08 h 29

    La nouvelle utopie!

    Mme Françoise David travaille sans doute pour un monde plus juste, plus honnête et plus équitable. Mais voilà, le tout est recouvert de la "souveraineté", du projet de sécession. Celui-ci ne rencontre pas l'aval de TOUS les québécois et cela depuis bientôt 40 ans. Je soupçonne Mme David de se servir d'une option politique "nouvelle" pour faire avaler un projet dont les tenants n'ont JAMAIS réussi à PROUVER la viabilité. C'est une arnaque dissimulée sous une panoplie de bonnes oeuvres. Les plus naifs vont s'y laisser prendre....mais déjà les plus futés s'aperçoivent de la manigance. La perspicacité des uns viendra-t-elle à bout de la candeur des autres? Le Paradis terrestre exerce encore une fascination même si le Québec est "déchristianisé" et que le nombre de pratiquants (catholiques) continue de "chuter" régulièrement. Diviser le vote encore plus, pour arriver à ses fins, serait-il l'objectif prioritaire, de cette nouvelle "vision" politique?
    Pour ma part, le fait de "chapeauter" cette option politique par la "souveraineté" (sécession) lui enlève toute la valeur que j'aurais pu lui accorder au premier abord.