Une politique métropolitaine en réponse à la crise du logement

Jean-François Venne
Collaboration spéciale
Le contexte en habitation n’est pas simple actuellement. Toutes les zones de la CMM viventdes défis, dont certains — comme l’accès à des logements sociaux ou la rareté des logements — étaient autrefois plutôt l’apanage de Montréal.
OLIVIER ZUIDA Le contexte en habitation n’est pas simple actuellement. Toutes les zones de la CMM viventdes défis, dont certains — comme l’accès à des logements sociaux ou la rareté des logements — étaient autrefois plutôt l’apanage de Montréal.

Ce texte fait partie du cahier spécial Habitation

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) adoptera bientôt sa première politique d’habitation. Elle servira à mieux coordonner la réponse des 82 municipalités de la CMM aux multiples défis que pose l’habitation dans le Grand Montréal.

Le 9 décembre 2021, la CMM a officiellement confié à sa Commission de l’Habitation et de la Cohésion sociale (CHCS) le mandat d’élaborer un projet de Politique métropolitaine d’habitation (PMH). La CHCS s’est appuyée sur un diagnostic de l’habitation qui dresse le portrait d’une région métropolitaine en proie à une forte croissance démographique, au vieillissement de sa population et à des problèmes importants d’accès au logement, tant sur le marché locatif que sur celui de la propriété.

La commission a présenté une première version de sa politique le 14 juin dernier. Cette mouture initiale fera l’objet d’une consultation publique du 7 au 14 septembre, lorsde séances qui se tiendront à Mascouche, Montréal et Longueuil.

« Nous avons mis de l’avant plusieurs pistes de solutions et l’heure est maintenant venue d’en discuter avec les municipalités ainsi que les organismes et les citoyens intéressés par la question de l’habitation, explique le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, qui préside la CHCS. Nous devons trouver des manières qui permettent aux municipalités du Grand Montréal d’améliorer la situation de l’habitation. »

L’habitation en crise

En effet, le contexte en habitation n’est pas simple actuellement. Toutes les zones de la CMM vivent des défis, dont certains — comme l’accès à des logements sociaux ou la rareté des logements — étaient autrefois plutôt l’apanage de Montréal.

« La réalité est devenue très comparable sur l’ensemble du territoire de la CMM, où pas mal toutes les municipalités sont susceptibles de connaître des pénuries de logements et des difficultés d’abordabilité ou d’accès à la propriété », reconnaît le maire de Mascouche. En 2021, le taux d’inoccupation des logements de Mascouche/Terrebonne était de 0,1 % et de 1,1 % pour l’ensemble des banlieues, contre 3,7 % sur l’île de Montréal.

Le prix des résidences a fortement augmenté ces dernières années dans la région métropolitaine de Montréal. Depuis 2017, la hausse du coût médian des maisons unifamiliales y a varié entre 66 % et 77 %, alors que la progression de celui des copropriétés se situait entre 47 % et 62 %. Le prix de l’immobilier résidentiel y a augmenté deux fois plus rapidement que le revenu des ménages depuis 2010.

La situation n’est guère plus rose sur le marché locatif. Dans les quatre années avant la pandémie, le taux d’inoccupation des logements a grandement baissé, ce qui a contribué à gonfler le niveau des loyers. L’augmentation annuelle de 3,7 % du loyer moyen entre 2020 et 2021 marquait la troisième année de hausse supérieure à la moyenne des 20 années précédentes.

La progression est encore plus forte dans certaines municipalités de la CMM comme Saint-Lin-Laurentides (14 %), Mascouche/Terrebonne (8,1 %) et Saint-Jean-sur-Richelieu (7 %). Les logements sociaux et abordables deviennent trop rares et plusieurs d’entre eux se trouvent en mauvais état.

« Le logement social et abordable dépend de plusieurs acteurs, rappelle Guillaume Tremblay. Bien sûr, les municipalités et la CMM ont un rôle à jouer, mais elles auront besoin de l’appui, notamment financier, du gouvernement du Québec et même du gouvernement fédéral pour finalement résoudre la crise du logement. »

Alimenter le débat

 

La CMM compte adopter sa nouvelle politique avant la fin de l’année. Elle guidera par la suite ses actions et celles de ses 82 municipalités en habitation. Son projet actuel comporte 41 pistes d’action réparties au sein de trois orientations : assurer l’abordabilité du logement, développer une offre résidentielle suffisante, diversifiée et adaptée aux besoins de la population, et soutenir l’aménagement de milieux de vie de qualité, conçus pour lutter contre les changements climatiques et s’y adapter.

Les consultations de septembre visent à raffiner la politique ainsi qu’à renforcer le consensus envers les solutions qu’elle propose. Guillaume Tremblay espère que la population répondra présente à ces sessions et que les citoyennes et citoyens donneront leur avis sur le projet et n’hésiteront pas à la commenter sur les médias sociaux, afin de continuer d’alimenter le débat sur la question de l’habitation. Chacune de ses rencontres comportera d’ailleurs une période de questions. « Nous entreprenons cet exercice avec beaucoup d’ouverture, affirme-t-il. Nous souhaitons comprendre ce qui se passe dans les différents milieux afin de présenter de nouvelles idées, qui sortent des sentiers battus. C’est surtout important que l’on continue de parler de logement, en particulier dans une période d’élections provinciales. »

L’habitation en chiffres

45 % des ménages de la CMM sont locataires


Près de 200 000 ménages locataires à faible revenu éprouvent présentement
des problèmes d’abordabilité
du logement


8 % des ménages locataires vivent dans un logement nécessitant des réparations majeures


10 % vivent dans un logement surpeuplé



Source : Portrait de l’habitation dans le Grand Montréal, CMM

L’habitation en quelques chiffres

45 % des ménages de la CMM sont locataires

Près de 200 000 ménages locataires à faible revenu éprouvent présentement des problèmes d’abordabilité du logement

8 % des ménages locataires vivent dans un logement nécessitant des réparations majeures

10 % vivent dans un logement surpeuplé

Source : Portrait de l’habitation dans le Grand Montréal, CMM

Les municipalités, les organismes et les citoyens sont invités à la consultation publique du 7 au 14 septembre 2022 pour donner leur avis sur le projet de la PMH, composée de 41 pistes d’action



À voir en vidéo