Le tiers des élus montréalais sont issus de la diversité

Élue à 35 ans à la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa est pour sa part la plus jeune parmi les 19 maires d’arrondissement.
Photo: Anne-Marie Provost Le Devoir Élue à 35 ans à la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa est pour sa part la plus jeune parmi les 19 maires d’arrondissement.

Les élections municipales du 7 novembre dernier ont permis de faire élire un plus grand nombre de candidats de la diversité à Montréal. Le tiers des élus montréalais sont issus des minorités visibles ou ethniques, selon un décompte effectué par Élections Montréal.

On savait déjà qu’une majorité de femmes avaient été élues à Montréal le mois dernier, soit 61 femmes contre 42 hommes. Mais les données publiées lundi par Élections Montréal confirment que la nouvelle cohorte d’élus est plus diversifiée qu’en 2017. Au total, 17 élus se sont identifiés comme appartenant à une minorité visible et 17 autres à une minorité ethnique. Une élue, a indiqué être handicapée. Il s’agit de Laurence Parent, conseillère d’arrondissement de Projet Montréal dans le district de De Lorimier. Aucun élu ne s’est identifié comme autochtone.

Ces 35 élus représentant les groupes minoritaires sont nettement plus nombreux qu’en 2017 alors qu’ils n’étaient que 21. Et pour 24 de ces personnes, il s’agit d’une première élection.

Ces données ont été colligées par Élections Montréal à la lumière des informations données par 97 élus (sur 103) ayant complété un formulaire d’auto-identification au terme du scrutin.

Davantage de jeunes

 

Les jeunes sont également plus nombreux, ce qui a fait passer l’âge moyen des élus montréalais de 52 ans, en 2017, à 49 ans cette année. Des 103 élus, on en compte 17 ayant 35 ans et moins (13 femmes et 4 hommes) et le plus jeune est Younes Boukala, 26 ans, qui siège au conseil d’arrondissement de Lachine. Élue à 35 ans à la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa est pour sa part la plus jeune parmi les 19 maires d’arrondissement. Les élus de 35 ans et moins sont aussi très scolarisés puisque 88,2 % d’entre eux détiennent un diplôme universitaire.

À cet égard, les données d’Élections Montréal précisent que 74 élus montréalais ont complété des études universitaires. De ce nombre, 46 sont des femmes et 28 sont des hommes.

Les élus de la diversité sont aussi plus nombreux au comité exécutif présidé par Dominique Ollivier, première femme noire à occuper ce poste. Six des 18 membres du comité exécutif ayant répondu au questionnaire d’Élections Montréal sont issus des groupes minoritaires et ce sont toutes des femmes.

Pendant la campagne électorale montréalaise, près de la moitié (48 %) des personnes candidates interrogées par Élections Montréal s’étaient identifiées soit comme appartenant à des groupes minoritaires. Cette proportion était de 32 % en 2017.

À voir en vidéo