Denis Coderre et Valérie Plante au fil d’arrivée

Tous les principaux candidats à la mairie de Montréal, dont ici Denis Coderre, ont exercé leur droit de vote.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Tous les principaux candidats à la mairie de Montréal, dont ici Denis Coderre, ont exercé leur droit de vote.

C’est tout sourire que Denis Coderre et Valérie Plante ont voté dimanche matin, respectivement dans le Vieux-Montréal et dans Rosemont — La Petite-Patrie, marquant la fin de 52 jours de campagnes électorales.

L’issue de cette lutte politique reste dure à prévoir dans la métropole, les deux principaux candidats restaient jusqu’à tout récemment au coude-à-coude dans les sondages, avec une légère avance pour la candidate de Projet Montréal.

« Aujourd’hui, c’est le vrai sondage », a contrasté le chef d’Ensemble Montréal devant les journalistes avant de déposer son bulletin dans l’urne. Denis Coderre – qui concluait ainsi sa 12e campagne électorale –, a qualifié celle-ci de « l’une des plus belles » sur le plan personnel. Par contre, « ça a été une campagne très sale, mais pas de notre bord », a-t-il décoché à l’endroit de son adversaire.

« C’est le moment un peu stressant où on attend le résultat », a pour sa part commenté la mairesse sortante avant de se rendre dans l’isoloir.

« On est enthousiaste à l’idée de commencer un deuxième mandat, mais bien sûr on va attendre à la fin », a-t-elle ajouté en compagnie de son fils de 18 ans, votant pour sa mère pour la première fois.

Le chef de Mouvement Montréal, Balarama Holness, a fait de même la veille en votant dans un bureau du centre-ville. « Je ne suis pas du tout nerveux pour les résultats de ce soir », a affirmé dimanche celui qui finira de toute évidence troisième dans cette course. Sans s’avancer sur son avenir politique, il croit au futur de sa formation politique. « Mouvement Montréal va me survivre », a-t-il assuré au Devoir.

Quelque 3060 bureaux de scrutins sont répartis dans 460 endroits partout sur l’île. Ces bureaux de vote fermeront à 20 heures. Aucune attente significative n’a été rapportée à Élection Montréal en début d’après-midi.

Sortir les votes

Les candidats occuperont les dernières heures avant le dévoilement des résultats à sillonner la ville pour encourager les électeurs à voter. Les indécis comptent pour environ 7 % d’entre eux selon les derniers sondages et le taux de participation habituellement faible au municipal ouvre la porte à la mobilisation. En 2017, seulement 42,5 % des électeurs inscrits dans la métropole avaient exercé leur droit de vote.

Cet indice de participation pourrait par contre s’avérer plus élevé cette année. « Pour répartir le vote » en ces temps de pandémie, Élection Montréal a prévu deux jours de votes par anticipation lors de la dernière fin de semaine, de même que deux jours de vote ce samedi et dimanche. Aux dernières élections, les citoyens ne pouvaient se prévaloir de leur droit de vote que durant deux jours en tout.

Les statistiques officielles indiquent que 12,9 % des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes par anticipation ou ont voté par correspondance cette année, tandis qu’en 2017, ils étaient 8 % à avoir fait de même.

Cette élection-ci est aussi unique en raison de l’apparition du vote postale. Quelque 6000 personnes ont demandé de pouvoir voter à distance cette année en remplacement des bureaux de scrutin itinérants. Ces derniers parcouraient auparavant les centres de personnes âgées pour y recueillir les voix, chose impossible en contexte de pandémie.

À voir en vidéo