Denis Coderre veut embaucher 250 policiers supplémentaires à Montréal

Le chef d'ensemble Montréal, Denis Coderre, a présenté lundi son plan en matière de sécurité
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef d'ensemble Montréal, Denis Coderre, a présenté lundi son plan en matière de sécurité

Denis Coderre entend procéder à l’embauche de 250 policiers supplémentaires s’il est élu le 7 novembre prochain. Le chef d’Ensemble Montréal, qui a présenté lundi son plan en matière de sécurité, envisage aussi de demander à Québec de faire passer à 5000 le nombre maximum de policiers au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« La ville n’est plus aussi sécuritaire qu’avant. Ce n’est pas négatif de le dire. Au contraire, c’est le premier pas vers l’amélioration de la situation. Pour régler un problème, il faut d’abord le reconnaître », a dit M. Coderre. « Nous retrouverons un Montréal sécuritaire », a-t-il promis.

À court terme, il manque 250 policiers, estime l’aspirant maire qui compte procéder à des embauches pour faire en sorte que le SPVM puisse atteindre le maximum d’effectifs autorisé, soit 4800 policiers. Denis Coderre évoque même la possibilité de faire grimper ce nombre à 5000, ce qui nécessiterait l’accord du gouvernement du Québec compte tenu du plafond existant.

Denis Coderre entend aussi lancer, dans les premiers 100 jours de son mandat, un appel d’offres pour doter l’ensemble des policiers de caméras portatives. L’opposition reproche depuis des années à l’administration Plante de retarder indûment ce projet.

Ensemble Montréal s’engage par ailleurs à doubler les effectifs des escouades mixtes qui font des interventions auprès des personnes marginalisées ou aux prises avec des enjeux de santé mentale, qu’il s’agisse d’ESUP (Équipe de soutien aux urgences psychosociales) et ou d’EMRII (Équipe mobile de référence et d’intervention en itinérance). Le parti de Denis Coderre mentionne aussi la possibilité de créer une équipe dédiée aux interventions en violence conjugale.

Au chapitre de la lutte contre les violences par armes à feu, Ensemble Montréal vise une meilleure collaboration avec les autres grandes villes canadiennes pour partager les meilleures pratiques en matière de gestion des violences urbaines.

Projet Montréal a reproché à Denis Coderre d’avoir dévoilé une proposition incomplète. «M. Coderre a attendu à la toute fin de la campagne pour présenter un plan incomplet et non chiffré sur ce qu’il considère sa priorité», a commenté l’équipe de Valérie Plante qui fait valoir qu’en matière de sécurité publique, Projet Montréal a un «plan clair, concret, mesurable et chiffré qui intervient sur tous les fronts».

La Fraternité des policiers de Montréal a toutefois semblé apprécier les propositions de M. Coderre. «Le plan d’Ensemble Montréal en sécurité publique démontre de la volonté politique, une connaissance fine des multiples facettes du dossier et une reconnaissance accrue des policiers, de leurs partenaires et des ressources nécessaires», a commenté le syndicat sur Twitter.

À voir en vidéo