Denis Coderre promet de limiter les hausses de taxes à un maximum de 2%

Concernant les hausses de taxes qu’il compte limiter à 2%, Denis Coderre soutient que ce taux devra inclure les taxes d’arrondissements — du moins ceux détenus par les élus d’Ensemble Montréal, a-t-il dit.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Concernant les hausses de taxes qu’il compte limiter à 2%, Denis Coderre soutient que ce taux devra inclure les taxes d’arrondissements — du moins ceux détenus par les élus d’Ensemble Montréal, a-t-il dit.

Denis Coderre compte « redresser » les finances de Montréal s’il est porté au pouvoir le 7 novembre prochain. Le candidat à la mairie de Montréal s’est engagé mercredi à limiter les hausses de taxes à 2 % l’an prochain et à revoir en profondeur les différents postes budgétaires de l’appareil municipal.

« On est au bord du gouffre. On a dépensé comme des malades depuis les quatre dernières années », a lancé le chef d’Ensemble Montréal alors qu’il faisait part de ses engagements en matière de taxation. Denis Coderre estime que la mairesse actuelle, Valérie Plante, a mis à mal les finances de la Ville en faisant grimper le budget à 6,2 milliards de dollars et en haussant son taux d’endettement à 120 %. 

Le candidat à la mairie soutient qu’entre 2013 et 2017, sa propre administration avait réussi à assainir la situation financière de la Ville, en plus de limiter le budget à 5,2 milliards et d’augmenter la cote de crédit de Montréal. « Tout est à recommencer. Après quatre ans de Projet Montréal au pouvoir, ils sont rendus à un niveau de tutelle financière », a affirmé Denis Coderre. Avant que Montréal ne perde sa cote de crédit, il est urgent de « reprendre le contrôle des dépenses », a-t-il dit.

Analyse approfondie

Le chef d’Ensemble entend procéder à une analyse précise de l’état des finances dès son retour à l’hôtel de ville afin de déterminer les réaménagements financiers à faire. La candidate au poste de conseillère municipale dans Champlain–L’Île-des-Sœurs Nadine Gelly — désignée pour occuper le poste de présidente du comité exécutif — se donne jusqu’à janvier 2022 pour mener à bien cette analyse.

Quant aux hausses de taxes qui seraient limitées à un maximum de 2 % l’an prochain, Denis Coderre soutient que ce taux devra inclure les taxes d’arrondissements — du moins de ceux détenus par les élus d’Ensemble Montréal. Cette hausse pourrait être moins élevée si le taux d’inflation est inférieur à 2 %. Les plus récentes données font état d’une hausse de l’indice des prix à la consommation (IPC) de 5,1 % à Montréal depuis l’an dernier. Par ailleurs, Ensemble Montréal prévoit qu’au cours des années suivantes, les augmentations de taxes seront maintenues à l’inflation.

Selon M. Coderre, le gel de taxes accordé par l’administration Plante pour 2021 a entraîné un manque à gagner de 56 millions de dollars pour la Ville. Or, dit-il, l’administration Plante tente maintenant d’obtenir de Québec qu’il assume cette différence. « On a besoin de faire redresser les finances de Montréal par des experts », a indiqué Denis Coderre.

La Ville compte 1244 employés de plus qu’en 2017, mais pour l’instant, le chef d’Ensemble Montréal n’envisage pas de procéder à des compressions dans le personnel municipal s’il est porté au pouvoir. « Ce que j’aimerais, c’est qu’il y ait autant [d’employés], mais qu’on dépense autrement », a-t-il expliqué en évoquant une « optimisation » des ressources et la recherche de nouvelles sources de financement.

Il y a deux semaines, Valérie Plante a pour sa part promis de limiter les hausses de taxes à l’inflation si elle est reportée au pouvoir.

À voir en vidéo