Projet Montréal dévoile ses promesses en matière d’accessibilité universelle

La STM s’était donné comme cible en 2016 d’avoir 31 stations de métro accessibles universellement d’ici 2022 et d’atteindre la cible de 41 stations équipes d’ascenseurs en 2025. Pour l'instant, que 17 stations sont équipées d'un ascenseur.
Photo: Adil Boukind Le Devoir La STM s’était donné comme cible en 2016 d’avoir 31 stations de métro accessibles universellement d’ici 2022 et d’atteindre la cible de 41 stations équipes d’ascenseurs en 2025. Pour l'instant, que 17 stations sont équipées d'un ascenseur.

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, promet d’accélérer l’installation d’ascenseurs dans le réseau du métro de la Société de transport de Montréal (STM), qui prend du retard, en plus d’offrir un service de livraison adapté aux personnes à mobilité réduite et de revoir ses pratiques de déneigement.

Mme Plante a livré une conférence de presse sur les engagements en matière d’accessibilité universelle de son parti samedi, à Montréal, dans le contexte de la campagne électorale en cours. La Ville a d’ailleurs modifié en mars dernier sa Charte montréalaise des droits et responsabilités afin d’inclure le capacitisme comme étant une des formes de discrimination qu’elle souhaite combattre.

« On ne peut pas tolérer que des citoyens soient privés de parcs, de trottoirs, de commerces. Il faut penser à la ville pour tous et libérer le plein potentiel des citoyens », a souligné Mme Plante lors d’une conférence de presse tenue au centre-ville de Montréal. « Quand un lieu est accessible universellement, c’est tout le monde qui en profite », a-t-elle renchéri.

La formation s’engage ainsi à accélérer l’installation d’ascenseurs dans le réseau du métro afin que 41 stations soient munies de telles installations d’ici 2027, soit un an plus tôt que la plus récente de la STM à cet égard.

« Ça représente 60 % du réseau, c’est majeur », la fait valoir Mme Plante. Pour atteindre cet objectif, le parti s’engage à démarrer les travaux d’accessibilité universelle dans 11 stations, en parallèle des 14 qui sont déjà en chantier, parmi lesquelles on retrouve les stations McGill, Viau et Atwater.

« Deux ans de retard »

Actuellement, 17 stations sont munies d’ascenseurs sur un total de 68. La société de transport s’était pourtant donnée comme cible en 2016 d’avoir 31 stations de métro accessibles universellement d’ici 2022 et d’atteindre la cible de 41 stations équipées d’ascenseurs en 2025. La STM devra donc accélérer la cadence si elle souhaite éviter d’accuser de nouveaux retards en la matière. La formation de Denis Coderre a d’ailleurs vivement déploré samedi que la nouvelle cible de Projet Montréal quant à l’installation d’ascenseurs dans le réseau du métro prévoit « deux ans de retard » dans l’atteinte de l’objectif de 41 stations accessibles universellement, par rapport à l’objectif de 2025 fixé par la STM sous le mandat de l’ancien maire.

« C’est ahurissant de faire une conférence de presse pour annoncer un recul de la sorte », a déploré, par écrit, la candidate d’Ensemble Montréal comme conseillère d’arrondissement de Lachine, Lise Poulin.

Projet Montréal promet d’autre part de collaborer avec les sociétés de développement commercial de la métropole afin d’offrir un service de livraison aux personnes en situation de handicap qui souhaitent acheter des produits dans des commerces locaux difficiles d’accès.

« Les personnes handicapées souhaitent avoir cette option-là et pas seulement acheter sur Amazon », a lancé samedi la candidate au poste de conseillère d’arrondissement du district de De Lorimier pour Projet Montréal, Laurence Parent.

Le parti souhaite aussi mettre en place un répertoire en ligne des commerces, des lieux publics et des différents services qui sont accessibles universellement, une mesure qui « va changer significativement la vie des Montréalais et des Montréalaises en situation de handicap », a affirmé Mme Parent.

Des logements accessibles

La formation s’engage en outre à faire connaître davantage aux citoyens qui en auraient besoin les logements sociaux et communautaires subventionnés par la Ville qui sont accessibles universellement. Les Montréalais qui souhaitent avoir accès à ce type de logement doivent toutefois faire preuve de patience, car la liste d’attente est longue. Le parti entend d’autre faire passer d’une moyenne de 12 à 6 mois les délais de traitement des dossiers du Programme d’adaptation de domicile, qui contribue au financement de travaux visant à rendre des logements accessibles à des personnes à mobilité réduite.

« On va bonifier les montants et on va s’attaquer aux services pour que les Montréalais qui ont besoin d’adapter leur logement aient accès aux montants plus rapidement. C’est encore trop long pour nous », a indiqué Mme Plante.

Projet Montréal prend également l’engagement d’améliorer ses opérations de déneigement en priorisant les débarcadères destinés aux personnes handicapées et les espaces de stationnement qui leur sont réservés. Car, rappelle, Mme Parent, les personnes à mobilité réduite ne peuvent pas tout simplement « sauter » par-dessus les bancs de neige, l’hiver, pour accéder à ces lieux. « Les personnes handicapées souhaitent pouvoir sortir [de chez elles] sans trop de stress », a-t-elle insisté.

À voir en vidéo