Denis Coderre veut créer un parc linéaire sur le viaduc Notre-Dame

«Notre équipe entend favoriser le vivre-ensemble et assurer une continuité cohérente entre le nouveau quartier des Faubourgs et le Vieux-Montréal», a fait valoir Denis Coderre, qui a évoqué l’idée de s’inspirer du High Line, à New York, pour son projet.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Notre équipe entend favoriser le vivre-ensemble et assurer une continuité cohérente entre le nouveau quartier des Faubourgs et le Vieux-Montréal», a fait valoir Denis Coderre, qui a évoqué l’idée de s’inspirer du High Line, à New York, pour son projet.

L’aspirant maire Denis Coderre souhaite transformer le viaduc Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal, en un parc linéaire de près d’un demi-kilomètre afin de lutter contre les îlots de chaleur et contribuer à la vitalité économique du secteur, où de nouveaux commerces pourraient voir le jour.

Le viaduc Notre-Dame, qui relie les rues Berri et Montcalm, sert actuellement de voie de transit pour la circulation automobile. « Mais ça a plus l’air d’un stationnement qu’autre chose en ce moment », a lancé le chef d’Ensemble Montréal jeudi, dans une conférence de presse au pied de la structure.

Le candidat à la mairie de Montréal a alors détaillé son projet, baptisé « Notre-Dame en hauteur », qui vise à transformer cette infrastructure routière en un espace vert destiné aux piétons. Celui-ci verrait le jour d’ici 2025 au coût de 10 millions de dollars, avance le parti d’opposition.

« Nous allons fermer la circulation du viaduc et le verdir pour en faire une promenade verte », a ainsi résumé la candidate d’Ensemble Montréal au poste de conseillère de la Ville dans le district de Saint-Jacques Malika Dehraoui, qui voit en ce projet une occasion d’ « améliorer la qualité de vie des Montréalais » tout en attirant des touristes dans ce secteur.

Le parti propose d’ailleurs de créer, en parallèle, six nouveaux espaces commerciaux sous la portion ouest du viaduc, qui surplombe le square Dalhousie. Une boutique-atelier destinée aux artistes, un café et un espace de travail collaboratif pourraient notamment y voir le jour, tandis qu’un parc à chiens pourrait être aménagé plus à l’est, propose la formation politique, qui rappelle que ce secteur se développe à vue d’œil. Un immense projet immobilier est notamment en cours de construction tout près sur le site de l’ancienne gare Viger, tandis que l’ensemble du secteur des Faubourgs, qui comprend notamment l’ancienne tour de Radio-Canada, fait l’objet d’une importante vision de développement pour les prochaines années.

« Notre équipe entend favoriser le vivre-ensemble et assurer une continuité cohérente entre le nouveau quartier des Faubourgs et le Vieux-Montréal », a ainsi fait valoir M. Coderre, qui a évoqué l’idée de s’inspirer du High Line, à New York, pour son projet. Pas question, cependant, de démolir le viaduc Notre-Dame, situé dans un site patrimonial, a assuré Denis Coderre.

« On va utiliser quelque chose d’existant pour l’habiller davantage, en faire un espace vert, un parc urbain et un lieu de convivialité », a enchaîné l’aspirant maire, qui estime que le parc qui verrait le jour sur ce viaduc serait accessible été comme hiver.

Cette promesse s’ajoute à celle, effectuée dimanche dernier par Denis Coderre, de créer « la plus grande place publique du centre-ville de Montréal », en poursuivant le recouvrement de l’autoroute Ville-Marie. Le parti souhaite aussi, s’il est porté au pouvoir en novembre, lancer une étude de faisabilité sur le recouvrement d’une portion de près d’un kilomètre de l’autoroute Décarie afin d’y aménager un parc qui comprendrait notamment une fontaine et un « espace de détente ».

À voir en vidéo