Denis Coderre compte taxer les stationnements commerciaux

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre propose d’accorder une certification écologique aux propriétaires de stationnements qui verdissent leurs espaces.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre propose d’accorder une certification écologique aux propriétaires de stationnements qui verdissent leurs espaces.

Les stationnements commerciaux qui se transforment en îlots de chaleur l’été sont dans la mire de Denis Coderre. Le chef d’Ensemble Montréal propose de taxer les propriétaires de stationnements de plus de 500 m2 sur l’ensemble du territoire montréalais d’ici cinq ans, à moins que ceux-ci les aménagent de façon écologique.

Le candidat à la mairie de Montréal propose d’accorder une certification écologique aux propriétaires de stationnements qui verdissent leurs espaces, optent pour des surfaces perméables et améliorent les aménagements pour les déplacements actifs. S’ils remplissent les conditions de cette certification, ces propriétaires seraient exemptés de la taxe. « Il y aura un réel intérêt, pas seulement environnemental, mais un intérêt financier pour les propriétaires de stationnements de faire les aménagements qui sont requis », a expliqué Guillaume Lavoie, candidat à la mairie de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension pour Ensemble Montréal.

Précisons que la Ville taxe les stationnements de surface au centre-ville depuis 2010, mais cette mesure n’a jamais été étendue à l’ensemble du territoire montréalais. « Nous, on le fait […], mais avec une philosophie d’écofiscalité et d’écoresponsabilité », a soutenu Guillaume Lavoie.

Des rues arborées

Comme il l’avait mentionné lors du lancement de sa plateforme électorale, Denis Coderre affirme que les rues sans arbres seront chose du passé s’il est porté au pouvoir le 7 novembre prochain. Mais en matière de plantation d’arbres, son parti entend cependant prioriser les quartiers comportant d’importants îlots de chaleur comme Montréal-Nord ou Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. « Des études démontrent que les inégalités environnementales suivent les inégalités sociales », a indiqué Emilia Tamko, candidate au poste de conseillère dans le district Maisonneuve–Longue-Pointe. « Nous voulons rompre avec l’effet marketing qui est très associé avec la plantation d’arbres, surtout sans obligation de résultats. »

Un volet du plan d’Ensemble Montréal en matière d’environnement touche l’agriculture urbaine et la sécurité alimentaire. Une nouvelle administration de Denis Coderre appuierait l’implantation de marchés publics et de marchés solidaire en favorisant l’approvisionnement auprès de maraîchers locaux. Selon Réal Ménard, candidat dans le district d’Hochelaga, au moins 13,6 % de la population montréalaise, soit 235 000 personnes, ont des problèmes d’accès aux fruits et aux légumes frais. « Montréal est une ville agricole. On a dans l’agglomération de Montréal 2047 hectares qui sont situés surtout dans l’ouest de Montréal […] et il y a encore des terrains en friche qui pourraient être utilisés pour augmenter la production agricole », a-t-il avancé. Certains de ces terrains appartiennent à la Ville, a souligné M. Ménard.

À voir en vidéo