Valérie Plante compte limiter les hausses de taxes à l’inflation

«On est aussi enthousiastes qu’en 2017, mais on a plus d’expérience», a soutenu Valérie Plante en dévoilant la plateforme électorale de son parti.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir «On est aussi enthousiastes qu’en 2017, mais on a plus d’expérience», a soutenu Valérie Plante en dévoilant la plateforme électorale de son parti.

Valérie Plante promet de limiter les hausses de taxes à l’inflation et de maintenir le financement du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) si elle est réélue le 7 novembre prochain. La mairesse sortante a dévoilé mercredi la plateforme électorale de son parti qui met l’accent sur la qualité de vie et la transition écologique.

Valérie Plante avait déjà dévoilé plusieurs pans de son programme au cours des dernières semaines, dont des mesures phares comme la construction de 60 000 logements abordables et la création du grand parc dans l’Est. Le document rendu public mercredi détaille dans une liste de 250 mesures ses intentions pour les prochaines années.

« On est aussi enthousiastes qu’en 2017, mais on a plus d’expérience. […] On a montré qu’on est capables de livrer la marchandise », a soutenu Valérie Plante en conférence de presse, aux côtés de plusieurs de ses candidats, parmi lesquels Dominique Ollivier, qui occupera la présidence du comité exécutif si une administration de Projet Montréal est reportée au pouvoir.

Transport et sécurité

La mairesse sortante compte notamment appliquer le concept de « ville 15 minutes », qui vise à prévoir l’aménagement de quartiers où les services touchant l’éducation, à la culture, aux commerces et aux soins de santé sont accessibles à moins d’un quart d’heure à pied ou en transport collectif.

En transports, le parti de Valérie Plante n’annonce pas de projets majeurs comme il l’avait fait avec la ligne rose en 2017, mais mise sur l’avancement et la réalisation de ceux déjà lancés, comme le Réseau express métropolitain (REM) de l’Ouest et l’Est, le prolongement de la ligne bleue du métro et le tramway vers Lachine.

Une administration Plante poursuivrait le déploiement du Réseau express vélo (REV), mais la plateforme prend bien soin de préciser que ces aménagements se feraient « en concertation avec les acteurs locaux ».

En matière de sécurité, Projet Montréal maintiendra le budget du SPVM et réitère sa volonté d’investir une somme de 110 millions pour lutter contre les violences armées. La proposition adoptée au printemps dernier par les militants du parti de désarmer certains policiers n’apparaît cependant pas dans la plateforme. « Il n’est pas question ni de désarmer ni de définancer [les policiers] », a martelé la mairesse sortante.

Quant aux caméras corporelles — que l’opposition à l’hôtel de ville réclame depuis des années —, les policiers en seront dotés à compter de 2022, promet Projet Montréal.

Le programme mentionne aussi la volonté de l’administration de travailler avec le SPVM et la Fraternité afin de faire en sorte que les policiers restent au même poste de quartier pendant au moins trois ans afin de « développer une meilleure promiscuité avec la communauté locale ».

Outre les 60 000 nouveaux logements abordables, l’équipe de Valérie Plante réservera une enveloppe de 800 millions de dollars pour l’acquisition de terrains grâce au droit de préemption. Son équipe souhaite aussi assurer la pérennité du statut abordable des logements construits sur une période de 40 ans. « Les flips, on n’en veut pas. C’est fini ça », a dit Valérie Plante.

Budget participatif

En matière de démocratie, Projet Montréal compte faire passer de 10 à 60 millions le montant accordé pour le budget participatif de la Ville qui permet la réalisation de projets proposés par des citoyens et choisis par eux. Le vote postal pour tous sera instauré, mais il faudra attendre aux prochaines élections pour que ce projet devienne réalité, a prévenu Mme Plante.

Projet Montréal vise par ailleurs la plantation de 500 000 arbres d’ici 2030. Dans les grands parcs, le parti suggère d’installer des conteneurs à déchets de grande capacité dissimulés ou enfouis. Il songe même à lancer un concours de design pour la conception de « poubelles emblématiques montréalaises » permettant la collecte séparée des déchets, des matières recyclables et des résidus organiques dans les lieux publics.

L’équipe de Valérie Plante compte profiter des travaux de réfection de l’autoroute Métropolitaine pour « humaniser » le secteur et améliorer la connectivité entre les quartiers. Le parti promet aussi d’aménager un parc pour vélos de montagne, mais pour l’instant, le choix du site n’est pas arrêté. « Une chose est sûre, c’est qu’il ne sera pas dans le parc du Mont-Royal », a indiqué Robert Beaudry, qui briguera un autre mandat comme conseiller dans le district de Saint-Jacques.

À voir en vidéo