Le maire d’Anjou donne son appui à Denis Coderre

Le maire d’Anjou soutient que le chef d’Ensemble Montréal est le seul à rejoindre les attentes les citoyens de son arrondissement.
Photo: Jeanne Corriveau Le Devoir Le maire d’Anjou soutient que le chef d’Ensemble Montréal est le seul à rejoindre les attentes les citoyens de son arrondissement.

Le maire d’Anjou, Luis Miranda, a décidé d’accorder son appui à Denis Coderre. En vertu de cette alliance, le chef d’Ensemble Montréal a donc convenu de ne pas présenter de candidat dans cet arrondissement lors des élections du 7 novembre prochain.

En point de presse mardi matin, M. Miranda a soutenu que l’ancien maire de Montréal était le seul candidat qui répond aux attentes des Angevins, notamment en ce qui a trait à la construction d’une maison culturelle et au développement du Club de golf métropolitain d’Anjou.

Luis Miranda admet qu’il a eu quelques désaccords avec Denis Coderre par le passé, entre autres sur la question de la centralisation des services municipaux. « J’ai cheminé ; il a cheminé, a-t-il dit. Est-ce qu’il a changé à 100 % ? Je ne le croirais pas, mais il a fait beaucoup de chemin, comme moi aussi j’en ai fait. Je suis sûr qu’on va avoir des différends, mais l’important, c’est de pouvoir se parler. »

Le maire d’Anjou, chef de son propre parti, affirme qu’il n’a pas été question d’un poste au sein du comité exécutif lors de ses discussions avec Denis Coderre et que son appui à Ensemble Montréal ne signifie pas qu’il votera systématiquement avec ce parti si celui-ci prend le pouvoir le 7 novembre prochain. « Je vote selon ma conscience », a-t-il indiqué.

Dissensions sur un espace vert

Rappelons que Luis Miranda s’est heurté à l’administration Plante dans le dossier du Club de golf métropolitain d’Anjou. L’arrondissement souhaite y installer un bâtiment industriel alors que l’administration Plante voudrait protéger le terrain comme espace vert.

Selon M. Miranda, décontaminer le terrain du golf nécessiterait des investissements importants. « Il ne faut pas oublier que c’était une ancienne raffinerie. […] On met des engrais chimiques quotidiennement. Il y a moyen d’installer quelque chose là tout en mettant en valeur le boisé d’Anjou, a-t-il expliqué. On a demandé à l’administration actuelle de mettre en valeur le boisé et de le rendre accessible aux gens ; ils n’ont rien fait. »

Maire d’Anjou depuis 1997, M. Miranda s’était joint à l’équipe de Gérald Tremblay en 2001 lors des fusions municipales. Il avait ensuite quitté Union Montréal, en 2003, avant d’y revenir cinq ans plus tard. Redevenu indépendant, l’élu a finalement créé son parti, Équipe Anjou, en 2013.

À voir en vidéo