Plaidoyer pour un meilleur financement de la prévention de la violence à Montréal

La coalition a tenu un premier rassemblement public à Rivière-des-Prairies mercredi, quartier où trois hommes ont été tués et deux autres blessés par balles au début du mois d’août.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La coalition a tenu un premier rassemblement public à Rivière-des-Prairies mercredi, quartier où trois hommes ont été tués et deux autres blessés par balles au début du mois d’août.

Des intervenants sociaux et des jeunes d’à travers la métropole ont lancé une nouvelle coalition pour se faire entendre et réclamer un meilleur financement des mesures de prévention de la violence dans les rues de Montréal.

« Nous vivons les mêmes problèmes dans les mêmes quartiers, il faut que ça change », souligne Beverly Jacques, directeur général de l’organisme DOD Basketball, dans l’arrondissement de Saint-Léonard. Avec d’autres, il a participé à la création de la Coalition Pozé. « On veut avoir de vraies conversations. Nous travaillons avec la jeunesse et nous ne sommes pas invités à la table de discussion. Les décisions sont prises sans nous, et nous aussi nous avons des solutions pour nos communautés », lance-t-il.

La coalition a tenu un premier rassemblement public à Rivière-des-Prairies, mercredi, dans le quartier où trois hommes ont été tués et deux autres blessés par balles au début du mois. Des résidents de Montréal-Nord, Saint-Léonard, Rivière-des-Prairies et Saint-Michel étaient notamment sur place.

« Nous aurions pu prévenir [ces violences] en nous donnant les outils nécessaires et en mettant de l’avant les intervenants des communautés noires. En nous incluant dans les décisions et les démarches préventives, pour ne pas qu’on soit là aujourd’hui. Comme société, nous avons négligé les signes qui étaient devant nous », estime le travailleur de rue Al Mac Clain Senat, qui œuvre à Rivière-des-Prairies.

« Nous ne sommes pas là pour dire de définancer la police, mais pour dire de financer les organismes, de financer nos projets. Nous ne sommes plus capables de faire des miracles », renchérit M. Jacques.

La Coalition Pozé organisera le Festival urbain de Rivière-des-Prairies le 22 août prochain au parc Don-Bosco. L’événement prendra la forme d’un forum sur le thème de l’innovation sociale. « Des actions de plusieurs types seront entreprises », précise l’artiste et activiste Ricardo Lamour, sans vouloir trop donner de détails pour l’instant.

Ce mouvement survient avec comme trame de fond les élections municipales de l’automne. Et certains comptent en profiter pour faire entendre leur voix.

La mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, dit entendre le message de la coalition. « Il faut revoir notre façon de financer et de soutenir les organismes, de travailler avec un point de vue local, mais avec une approche peut-être plus régionale », estime celle qui est aussi responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal.

De son côté, le critique d’Ensemble Montréal en matière de jeunesse, Benoit Langevin, pense que l’administration de Valérie Plante n’a tout simplement pas livré la marchandise. « La première chose à faire serait de sonder les acteurs communautaires, et de voir quelles sont leurs capacités, et les projets qui pourraient être déposés. Nous pourrions ensuite représenter leur voix à Québec pour indexer le financement », dit-il.

À voir en vidéo