Sue Montgomery dépose une poursuite en diffamation contre Valérie Plante

Sue Montgomery soutient que lors de son expulsion de Projet Montréal en janvier 2020, Valérie Plante a tenu des propos diffamatoires à son endroit.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Sue Montgomery soutient que lors de son expulsion de Projet Montréal en janvier 2020, Valérie Plante a tenu des propos diffamatoires à son endroit.

Estimant que Valérie Plante a sali sa réputation en tenant des propos « mensongers » à son égard, Sue Montgomery la poursuit pour diffamation. La mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce réclame 120 000 $ de Valérie Plante, mais aussi du Contrôleur général, Me Alain Bond, et de la Ville de Montréal.

Sue Montgomery soutient que lors de son expulsion de Projet Montréal en janvier 2020, Valérie Plante a tenu des propos diffamatoires à son endroit concernant des allégations de harcèlement psychologique visant sa directrice de cabinet, Annalisa Harris. La mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce était dès lors perçue négativement par le public et est devenue « la seule responsable du climat jugé malsain dans l’arrondissement », souligne Sue Montgomery dans sa requête déposée le 4 juin dernier en Cour supérieure.

Cette expulsion faisait suite au refus de Sue Montgomery de congédier Annalisa Harris après qu’une enquête de la Division du respect de la personne de la Ville de Montréal eut reproché à celle-ci d’avoir fait subir du harcèlement psychologique à deux employés de l’arrondissement. Or, Sue Montgomery n’avait pas pu prendre connaissance des rapports d’enquête et a toujours soutenu qu’elle ne pouvait montrer la porte à son employée sans preuve. Un jugement de la Cour supérieure en décembre 2020 lui a d’ailleurs donné raison sur ce point.

Sue Montgomery estime que la mairesse Plante a, à plusieurs reprises, tenu des propos qui ont porté atteinte à sa réputation dans les mois suivants « alors qu’elle savait que le contenu des rapports était frivole ».

Elle reproche aussi à Me Alain Bond d’avoir publié, en février 2020, un communiqué de presse contenant des informations mensongères et diffamatoires. Ce communiqué dans lequel Me Bond annonçait qu’il avait déposé une plainte contre Sue Montgomery à la Commission municipale du Québec, soutenait que celle-ci n’avait pas posé les gestes nécessaires pour mettre un terme au harcèlement. « Il a exercé une pression indue auprès de la demanderesse afin que cette dernière emploie la peine capitale en droit du travail, c’est-à-dire le congédiement pur et simple de Mme Harris tout en s’assurant de médiatiser l’affaire afin que la demanderesse soit condamnée aux yeux du public en tant que responsable d’un climat toxique de travail », peut-on lire dans la requête.

Sue Montgomery écorche aussi les hauts fonctionnaires de l’arrondissement qui, dans une lettre envoyée aux élus de l’arrondissement en mai 2020, avaient attribué le climat toxique à Annalisa Harris et à la mairesse Montgomery. Dans les faits, les dénonciations concernant ce climat de travail malsain à Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce visent plutôt le directeur de l’arrondissement et le directeur des travaux publics, allègue Sue Montgomery.

Celle-ci réclame de Valérie Plante, Alain Bond et la Ville de Montréal la somme de 90 000 $ pour atteinte à sa réputation et 30 000 $ en dommages punitifs.

Cette procédure survient peu après le dépôt d’une poursuite judiciaire de plus de 186 000 $ par Annalisa Harris contre la mairesse Plante. Mme Harris affirme que les allégations de harcèlement psychologique qui ont été portées contre elle sont « sans fondement ».

« Une autre semaine, une autre poursuite de Mme Montgomery. C’est triste de voir les citoyens de l’arrondissement CDN-NDG laissés de côté par leur mairesse, qui priorise plutôt une panoplie de recours juridiques », a commenté le cabinet de la mairesse Plante jeudi. « La Ville de Montréal maintient sa position : nous aurions souhaité une paix judiciaire en lien avec cette saga, pour le bénéfice de tous, à commencer par les citoyens de l’arrondissement. »

À voir en vidéo