Lionel Perez briguera la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Lors d’un point de presse mercredi, M. Perez, a indiqué qu’il miserait sur une approche «pragmatique et progressiste».
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Lors d’un point de presse mercredi, M. Perez, a indiqué qu’il miserait sur une approche «pragmatique et progressiste».

Lionel Perez briguera la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce avec l’équipe de Denis Coderre afin de tenter de déloger Sue Montgomery lors des élections de novembre prochain.

Lors d’un point de presse mercredi, M. Perez, a indiqué qu’il miserait sur une approche « pragmatique et progressiste ». En campagne, il entend plaider en faveur d’investissements accrus pour cet arrondissement populeux, mais sous-financé. Il misera aussi sur les concepts d’inclusion et d’innovation. Lionel Perez a évoqué le mandat mouvementé de Sue Montgomery : « Les citoyens de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce méritent mieux », a-t-il soutenu.

M. Perez est conseiller du district de Darlington depuis 12 ans. Au lendemain de la défaite de Denis Coderre en 2017, il avait pris les rênes du parti Ensemble Montréal et a occupé pendant quatre ans les fonctions de chef de l’opposition à l’hôtel de ville.

Il affrontera Sue Montgomery qui sollicitera un second mandat. L’ancienne élue de Projet Montréal a fondé son propre parti en prévision des élections.

Un comité exécutif paritaire

Denis Coderre a par ailleurs fait savoir que s’il est élu à la mairie de Montréal en novembre prochain, il nommerait une femme à la présidence du comité exécutif « parce qu’il est temps ». Ce comité exécutif sera aussi paritaire, a-t-il précisé.

M. Coderre a été avare de commentaires concernant Ali Nestor. L’aspirant maire comptait nommer le fondateur de l’organisme Ali et les Prince*sse*s de la rue comme conseiller spécial s’il était élu, mais il a dû s’en dissocier après avoir appris qu’une plainte de voies de fait et d’agression sexuelle alléguée avait été déposée contre lui. « Ç’a fait déjà assez mal, je n’embarquerai pas là-dedans. La justice va suivre son cours. Il a à faire face à la justice et je ne ferai pas d’autres commentaires », a-t-il souligné. M. Nestor, que M. Coderre avait présenté comme un « frère », n’a pas fait l’objet de vérifications d’antécédents par le parti car il n’était pas candidat pour un poste d’élu, a-t-il ajouté. Aucune accusation n’a été déposée dans ce dossier.

Denis Coderre a également commenté le sondage de la firme Léger qui le place devant Valérie Plante dans les intentions de vote. « C’est un portrait du moment. Il faut prendre ça avec beaucoup d’humilité. C’est sûr que ça fait plaisir, mais il ne faut pas partir en peur. […] Je commence à comprendre pourquoi, à Projet Montréal, il y a des gens qui ne veulent pas de vote par correspondance pour les 70 ans et plus », a-t-il lancé. M. Coderre a précisé qu’Ensemble Montréal allait demander à nouveau au conseil municipal d’approuver la tenue d’un vote par correspondance pour cette catégorie d’électeurs.

Un sondage web publié par Le Journal de Montréal et réalisé auprès de 500 résidents de la ville de Montréal du 19 au 20 mai 2021, accorde 46 % des intentions de vote à Denis Coderre contre 34 % pour Valérie Plante. La marge d’erreur maximale pour un échantillon de 500 répondants est de + /- 4,4, et ce, 19 fois sur 20.

À voir en vidéo