Balarama Holness briguera la mairie de Montréal

L’ancien joueur de football des Alouettes, Balarama Holness, sera candidat à la mairie de Montréal à la tête de son propre parti, Mouvement Montréal.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’ancien joueur de football des Alouettes, Balarama Holness, sera candidat à la mairie de Montréal à la tête de son propre parti, Mouvement Montréal.

Balarama Holness s’est lancé jeudi dans la course électorale. L’ancien joueur de football des Alouettes sera candidat à la mairie de Montréal à la tête de son propre parti, Mouvement Montréal.

M. Holness songeait à sauter dans l’arène politique depuis quelques mois. Avec sa candidature, il souhaite instaurer une « nouvelle culture politique » à Montréal, plus proche des citoyens et de leurs préoccupations, dit-il. « Il y a une déconnexion entre l’Hôtel de Ville et certains citoyens qui ne trouvent pas que leur voix est représentée et que leurs besoins réels sont pris en considération. On veut réduire ces écarts. »

Sa campagne s’articulera autour de grands thèmes comme le logement et les transports en commun.

En matière de logement, par exemple, il soutient que le règlement pour une métropole mixte adopté par l’administration Plante afin de favoriser la construction de logements sociaux, abordables et familiaux (connu sous le nom de règlement 20-20-20) ne répond pas adéquatement aux besoins de la population. Selon lui, les logements dits « familiaux » sont trop chers pour la quasi-totalité des familles et les logements abordables ne le sont pas vraiment puisqu’il s’agit d’appartements dont le prix est de 10 % inférieur à celui du marché. « On sait que le marché immobilier est en feu. Finalement, le règlement ne touche qu’un 20 % pour les logements sociaux, et ç’a pris trois ans et demi avant de l’implanter », explique-t-il.

Sur la question des transports, il juge les pistes cyclables « primordiales », mais il estime que certains arrondissements sont privilégiés dans le déploiement du réseau et qu’il faudrait une meilleure équité à l’échelle des 19 arrondissements.

Deuxième tentative

Balarama Holness entend se doter d’une équipe de 103 candidats pour les élections de novembre. Dans les prochaines semaines, il compte d’ailleurs présenter des candidats pour Ville-Marie, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et Le Sud-Ouest.

En 2017, Balarama Holness avait tenté de se faire élire à la mairie de Montréal-Nord avec Projet Montréal, mais il avait mordu la poussière. Il avait par la suite accusé le parti de ne pas l’avoir soutenu dans sa campagne électorale et d’avoir proposé des postes impossibles à remporter à lui et à d’autres candidats issus des minorités.

Lundi, un autre candidat, Marc-Antoine Desjardins, a annoncé qu’il briguerait aussi la mairie de Montréal avec son parti, Ralliement pour Montréal. « Nous sommes une coalition progressiste et pragmatique, engagée à valoriser notre culture et notre langue française », a fait valoir M. Desjardins sur sa page Facebook lors du coup d’envoi de sa campagne.

D’autres partis sont dans la course à la mairie de Montréal. En plus de Projet Montréal et d’Ensemble Montréal, Équité Montréal, dirigé par Jean-François Cloutier, et Action Montréal, dont le chef est Gilbert Thibodeau, sont engagés dans la bataille.

À voir en vidéo