Montréal affiche un surplus de 247 millions

La Ville de Montréal a pu bénéficier d’une aide gouvernementale de 263,5 millions de dollars pour lui permettre de traverser la crise sanitaire.
Photo: Catherine Legault Archives Le Devoir La Ville de Montréal a pu bénéficier d’une aide gouvernementale de 263,5 millions de dollars pour lui permettre de traverser la crise sanitaire.

Montréal a terminé l’année 2020 avec un surplus de 247 millions de dollars, mais n’eut été de l’aide gouvernementale, la Ville aurait enregistré un déficit. Ce constat fait dire à l’opposition que la santé financière de la Ville est plus précaire que le prétend l’administration Plante.

Le président du comité exécutif de la Ville, Benoit Dorais, a dressé jeudi le bilan financier de 2020, une année marquée par la pandémie. Au printemps 2020, l’administration avait dû procéder à des compressions financières de 123 millions de dollars en raison des pertes financières appréhendées attribuables à la crise sanitaire.

La Ville a finalement pu bénéficier d’une aide gouvernementale de 263,5 millions de dollars pour lui permettre de traverser la crise sanitaire. Grâce à ce coup de pouce de Québec, un excédent de 247 millions a pu être dégagé au 31 décembre 2020.

La pandémie a entraîné une hausse de dépenses, mais elle a aussi permis de réaliser certaines économies. Plusieurs services avaient dû être suspendus en raison de la COVID-19, a rappelé M. Dorais. La Santé publique avait notamment demandé à la Ville de remettre à plus tard le grand ménage du printemps. « Cela a entraîné une diminution de l’utilisation des véhicules, donc moins de frais d’entretien, moins de bris mécaniques à réparer et, nécessairement, moins d’essence », a expliqué Benoit Dorais.

Selon lui, la « saine gestion » de l’administration a fait en sorte que, malgré les circonstances, la Ville s’en est bien tirée.

Selon les données fournies par l’administration, la dette de la Ville a par ailleurs augmenté de 2,6 % pour atteindre 6,3 milliards de dollars. Le paiement au comptant des investissements a pour sa part grimpé à 873,8 millions, ce qui constitue un record pour la Ville de Montréal, a soutenu M. Dorais.

Guerre de chiffres

L’opposition à l’hôtel de ville ne voit pas la situation du même œil. Elle reproche à l’administration Plante d’avoir haussé les dépenses de la Ville d’un milliard de dollars depuis son arrivée au pouvoir et d’avoir augmenté indûment les effectifs de 1 244 nouvelles années-personnes.

Pour présenter un surplus de 247 millions, elle a non seulement pu compter sur l’aide gouvernementale, mais elle a puisé 156 millions dans ses réserves financières accumulées, soutiennent les élus d’Ensemble Montréal. Cette réserve se réduit maintenant à 72 millions, ce qui diminue la marge de manœuvre financière de la Ville, avance l’opposition. « L’administration actuelle fait preuve de beaucoup de créativité comptable quand il s’agit d’équilibrer son budget », a indiqué la conseillère de l’opposition Karine Boivin-Roy. « Montréal est sous tutelle financière, ni plus ni moins. »

L’opposition souligne aussi que pour 2021, l’administration a surestimé certains revenus, dont ceux des amendes, ce qui risque de forcer la Ville à procéder à des ajustements budgétaires.

À voir en vidéo