Les cols bleus de Montréal ratifient l’entente de principe avec la Ville

Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

L’entente de principe intervenue entre la Ville de Montréal et le syndicat qui représente ses quelque 6000 employés cols bleus a été entérinée samedi dernier par les employés.

L’annonce a été faite mardi matin par le Syndicat des cols bleus regroupés affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui précise que les cols bleus ont voté à 86,7 % en faveur de l’entente de principe.

Après deux ans et demi de négociation, le président du Syndicat des cols bleus regroupés de la Ville de Montréal, Luc Bisson, affirme que la nouvelle convention collective assure que les syndiqués, la Ville et les citoyens soient gagnants. À son avis, la négociation a permis de trouver une nouvelle façon de travailler en coopération avec la Ville afin d’offrir de bons services, à de bons prix, notamment avec la mise en place d’une mobilité de la main-d’œuvre.

M. Bisson signale que les conditions de travail des syndiqués ont été globalement améliorées dans le respect de la capacité de payer des citoyens.

Sans dévoiler les détails de la nouvelle convention collective, le syndicat annonce une paix industrielle jusqu’à la fin de 2024.

La dernière convention collective était venue à échéance en décembre 2017.

À voir en vidéo