Vrai changement Montréal se saborde

L’ancienne conseillère et cheffe par intérim de Vrai changement Montréal, Justine McIntyre
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir L’ancienne conseillère et cheffe par intérim de Vrai changement Montréal, Justine McIntyre

À quelques mois des élections municipales, Vrai changement Montréal déclare forfait. Faute d’avoir pu se trouver un chef, le parti fondé par Mélanie Joly en 2013 a annoncé mardi qu’il mettait fin à ses activités.

Le parti n’avait plus d’élus depuis les élections de 2017, mais avait continué d’exister malgré tout. Ses dirigeants comptaient d’ailleurs participer aux élections de novembre prochain. Plus tôt cette année, Vrai changement Montréal avait lancé une course à la chefferie. Or, aucun candidat n’a satisfait aux conditions imposées par le comité de direction, a fait savoir le parti. Dans les circonstances, il a été décidé de dissoudre la formation politique.

« Je comprends que le contexte actuel de la pandémie rend la proposition beaucoup plus complexe », a écrit mardi matin dans une déclaration l’ancienne conseillère et cheffe par intérim de Vrai changement Montréal, Justine McIntyre. « Quoique plusieurs candidats potentiels aient manifesté un intérêt marqué, cet intérêt ne s’est pas concrétisé en candidatures dans les délais prévus. »

Être candidat à la mairie de Montréal est une lourde tâche et la pandémie n’arrange pas les choses, admet Justine McIntyre, qui déplore par ailleurs la création de plusieurs partis locaux dans la métropole. « La multiplication de nouveaux micropartis n’est pas, selon moi, signe de vitalité démocratique [mais] plutôt du climat de division qui règne présentement et qui témoigne de la fracture sociale, très certainement exacerbée par le confinement. Je souhaite que la Ville retrouve un fonctionnement moins partisan, plus solidaire. »

Justine McIntyre soutient qu’elle continuera de s’impliquer dans la communauté tout en poursuivant ses études entreprises en 2018 pour l’obtention d’une maîtrise en management et développement durable à HEC Montréal.

Vrai changement Montréal avait été fondé par Mélanie Joly en 2013, alors qu’elle briguait le poste de maire de Montréal. Mme Joly avait obtenu 26,5 % des voix à la mairie de Montréal, terminant deuxième derrière Denis Coderre. Son parti n’avait cependant réussi à faire élire que huit candidats, dont un maire d’arrondissement. Aux élections de 2017, le parti et sa cheffe Justine McIntyre avaient renoncé à présenter un candidat à la maire de Montréal et, au terme du scrutin, le parti ne comptait plus d’élus.

Quant à Mélanie Joly, elle s’est tournée vers la politique fédérale et est depuis devenue ministre au sein du gouvernement Trudeau.

À voir en vidéo